Partager :
Des chercheurs israéliens ont mis au point un nez optique informatisé, assisté par intelligence artificielle, capable de détecter des maladies, a annoncé mardi l’Université hébraïque de Jérusalem.
Les caractéristiques de ce dispositif s’appuyant sur l’infrarouge proche, codéveloppé avec l’Université de Tel Aviv, sont présentées dans un article paru dans la revue scientifique Biosensors and Bioelectronics.
Ce nez artificiel est capable de détecter des odeurs et de les retranscrire visuellement sur écran, a précisé l’université hiérosolymitaine.
On peut l’utiliser pour détecter des maladies circulant dans l’air, des alcools contrefaits ou des aliments gâtés ou empoisonnés.
« Potentiellement, ce système peut aussi être utilisé pour une détection rapide de patients COVID-19 de façon non invasive en analysant leur haleine », ont assuré les chercheurs.
Pour l’heure, cet appareil peut détecter des dizaines d’odeurs avec précision, même celles que le nez humain ne saurait déceler tels que les composants d’une boisson alcoolisée, selon l’université.

Source French Xinhuanet

Partager :