Partager :

Shlomo Hillel n’avait que 23 ans lorsque la Haganah, une organisation paramilitaire dans ce qui était alors la Palestine sous contrôle britannique, l’a envoyé sous couverture en Irak. Les Juifs y vivaient depuis des siècles, pour la plupart en harmonie avec leurs voisins, mais le nationalisme arabe croissant et le sentiment antisioniste, y compris un pogrom de 1941 au cours duquel plusieurs centaines de Juifs ont été tués, rendaient leur situation précaire.

Hillel, déguisé en arabe, était là pour préparer le terrain à la migration, en enseignant l’hébreu et en suscitant le sentiment pro-sioniste. Mais il a fait beaucoup plus et a mis au point de nombreuses filières d’évasion, par terre et par les airs pour aider les Juifs irakiens à se rendre en Israël en utilisant pots-de-vin, faux visas et des réseaux de passeurs.

Cela s’est passé avant 1948 et l’indépendance, mais c’est surtout en 1950, quand un nouveau gouvernement en Irak a adopté une loi permettant aux Juifs d’émigrer pendant un an, que S Hillel a vu l’occasion de faire sortir des dizaines de milliers de Juifs du pays. Il s’est rendu une nouvelle fois à Bagdad, cette fois déguisé en représentant une compagnie américaine de charters appelée Near East Air Transport. La compagnie, détenue par un Américain pro-Israël, était réelle, bien qu’elle ait reçu une grande partie de son financement du Mossad.

Malgré de sévères restrictions – ils ne pouvaient prendre qu’une valise chacun, et une petite quantité d’argent et d’objets de valeur – environ 90 000 Juifs se sont inscrits pour émigrer au cours des deux premiers mois. En 1952, environ 124 000 personnes avaient émigré en Israël par 950 vols dans le cadre de ce que les médias ont appelé l’opération Ezra et Néhémie, d’après les prophètes de l’Ancien Testament qui avaient conduit les Juifs hors de Babylone. Quelques milliers seulement sont restés sur place et, en 2008, il restait moins de dix Juifs en Irak.

Bien que Hillel ait été plus tard loué pour son travail – en 1988, il a reçu le prix Israël, la plus haute récompense civile du pays – il est resté modeste quant à sa place dans l’histoire. « J’ai eu la chance d’être au bon endroit au bon moment », a-t-il déclaré dans une interview en 2006.

Il est décédé le 8 février chez lui à Ra’anana et il avait 97 ans. Sa mort a été confirmée par son fils, Ari, qui n’a pas précisé de cause.

Source : Irish Times & Israël Valley

Partager :