Partager :

CULTURE. Ce mois de février, l’activité  musicale a été marquée par l’éclatement du duo français Daft Punk après 27 années de succès. Et pourtant, leur début n’a pas été réellement apprécié et un journaliste du magazine britannique « Melody Marker » a qualifié les premiers titres des deux jeunes artistes français de « daft punky trash » (punk débile), ce qui leur a tellement plu qu’ils ont gardé ce nom.

C’est qu’une marque de mépris peut avoir d’heureuses implications. Par exemple, en 1872, le critique Louis Leroy après avoir vu la toile de Claude Monet intitulée « Impression, soleil levant » a écrit : « Que représente cette toile ? Impression ! Impression, j’en étais sûr. Je me disais aussi puisque je suis impressionné, il doit y avoir de l’impression là-dedans ».

Sans le vouloir, il avait inventé ainsi le terme Impressionnisme et il n’est resté connu que du fait de cette médisance, tout comme Francisque Sarvey collaborateur du journal « Le Temps » qui, du haut de sa science, put écrire ce jugement définitif : « Les paysans bretons sont si ignorants qu’ils croient en l’influence de la lune sur les marées« .

Le dédain mal placé a ainsi parfois de curieuses conséquences. Au XVIème siècle, les nobles hollandais se liguèrent contre les Espagnols qui occupaient leurs terres et bien que les chefs révolutionnaires appartenaient à une partie de la noblesse, un Ibère déclara : « Ce ne sont que des gueux ». Par défi, des nobles se déguisèrent alors en pauvres au cours d’un banquet patriotique et s’organisèrent pour déclencher la guerre qui aboutit à l’indépendance des Provinces-Unies (les Pays-Bas actuels) et qui a gardé le nom de « révolte des Gueux ».

Il faut donc mesurer ses propos sous peine d’avoir des contrecoups inattendus et un jour, Marie Curie se vit poser la question suivante lors d’une interview,: « Qu’est-ce que cela fait d’épouser un génie ? ». Elle répondit « Je l’ignore, mais allez donc demander à mon mari ! ».

Philippe de Courbevoie (nom de plume).

Partager :