Partager :

Benyamin Netanyahou étudie la possibilité d’utiliser des vaccins contre le coronavirus pour établir des relations diplomatiques avec des pays qui n’ont actuellement aucun lien avec l’État hébreu.

Lors de conversations avec plusieurs personnes au sein du gouvernement, M. Netanyahou aurait évoqué la possibilité de donner des doses de vaccin, dont le stock est en excédant, à certains pays non nommés afin d’améliorer la position diplomatique d’Israël dans le monde.

Selon des sources au sein du gouvernement, Israël pourrait donner des vaccins à certains pays en échange d’une normalisation des relations avec ces derniers.

Israël ayant commandé plus de vaccins que nécessaire, le ministère des Affaires étrangères a toutefois déclaré que les vaccins excédentaires ne seraient donnés à d’autres pays qu’après qu’Israël a terminé de vacciner sa propre population.

Israël a établi des liens diplomatiques avec les Emirats arabes unis et Bahreïn en septembre dans le cadre d’un groupe d’accords négociés par les États-Unis, baptisé « Accords d’Abraham ». Outre les deux États du Golfe, Israël a également conclu des accords de normalisation avec le Soudan et le Maroc.

Les révélations de la radio de l’armée interviennent au lendemain de la publication d’une information du site Asharq Al-Awsat, selon laquelle Israël aurait accepté d’acheter des doses du vaccin russe Spoutnik V, et les aurait donnés à la Syrie en échange de la libération d’une Israélienne détenue par le régime syrien après avoir traversé la frontière il y a deux semaines.

La femme est rentrée en Israël vendredi via Moscou et a été interrogée ce week-end par l’agence de sécurité Shin Bet.

Le régime syrien et gouvernement israélien ont tous les deux démenti ces informations.

i24News (Copyrights).

Partager :