Partager :

Marian Cohen, le président du groupe israélien Mer, a surmonté de nombreuses crises au cours de ses 36 années passées au sein de la holding technologique, depuis les attaques à la roquette qui ont entravé la production et les livraisons jusqu’à la crise du crédit de 2008.

Mais le renforcement du shekel israélien par rapport au dollar américain crée une « crise existentielle » qui dépasse ces autres défis, dit-il, le laissant, ainsi que d’autres industriels, à la recherche d’une réponse.

« Lors de la première guerre du Liban, nous savions qu’il fallait serrer les dents et continuer, et pendant l’Opération Bordure protectrice, des roquettes ont survolé Ashkelon », a déclaré Cohen, 64 ans, en référence à la guerre de 1982 et au conflit Israël-Gaza de 2014, respectivement. « Les deux étaient des crises existentielles, pourrait-on dire. Mais nous savions qu’un jour elle prendrait fin.

Pendant la crise financière de 2008-2009, nous avons su prendre des mesures pour surmonter la crise. Mais je n’ai aucune idée de la date à laquelle cette crise du shekel prendra fin. C’est une menace existentielle et je ne sais pas comment la gérer et je ne suis pas sûr que moi ou d’autres comme moi puissions la gérer ».

Le dollar américain a chuté par rapport au shekel israélien, car la monnaie américaine s’est affaiblie dans le monde entier sur le pari que le président Joe Biden renforcera les programmes d’aide pour aider à freiner les dégâts économiques causés par la pandémie de coronavirus, inondant le marché de dollars et diluant leur pouvoir.

L’affaiblissement du dollar a aidé les consommateurs et les importateurs israéliens, mais il dévaste les fabricants locaux qui dépendent des exportations, et les autres entreprises qui sont payées en dollars.

Des Israéliens retirent de l’argent à des distributeurs automatiques à Jérusalem, le 22 février 2018. Dario Sanchez/Flash90)

La force du shekel s’explique par l’instabilité politique, un budget national essentiellement tenu en otage par des machinations politiques, et par la pandémie de coronavirus, qui a provoqué l’une des plus grandes crises économiques de l’histoire israélienne.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu est accusé de corruption dans trois affaires et le pays, dirigé par une coalition gouvernementale dysfonctionnelle qui n’a pas réussi à adopter les budgets pour 2020 ou 2021, connaîtra en mars ses quatrièmes élections générales en deux ans.

Le déficit budgétaire pour 2020 est le plus élevé jamais enregistré par la nation – 160,3 milliards de NIS, soit 11,7 % de son PIB, soit environ trois fois plus que le déficit de l’année précédente, a déclaré le ministère des Finances la semaine dernière.

Le Trésor a estimé que le PIB pour l’année s’est contracté de quelque 3,3 %, et la Banque centrale a estimé la baisse à 3,7 %, deux chiffres qui sont encore meilleurs que certaines prévisions pessimistes antérieures qui prévoyaient une baisse pouvant atteindre 7 %.

La pandémie de coronavirus a causé des niveaux records de chômage en Israël – 16 % cette année selon une estimation de la Banque d’Israël. Un shekel fort, qui nuit aux exportations, pourrait entraver la reprise de l’économie après le coup porté par le virus, a déclaré le gouverneur de la banque centrale Amir Yaron.

Source : Times of Israel

Partager :