Partager :

Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a apporté son soutien à l’appel à une conférence internationale de paix sous les auspices de son organisation et du Quartet, qui résoudrait le conflit israélo-palestinien sur la base des lignes d’avant 1967.

António Guterres né le à Lisbonne, est un homme d’État portugais membre du Parti socialiste (PS). Il est secrétaire général des Nations unies depuis le .

Élu député entre 1976 et 1983 puis à partir de 1985, il devient en 1988 président du groupe parlementaire socialiste à l’Assemblée de la République. En 1992, il défait Jorge Sampaio et se fait désigner secrétaire général du PS. Il recentre le parti et, profitant de l’usure du centre-droit, remporte une forte majorité relative aux élections législatives d’octobre 1995. Il est alors nommé Premier ministre. Sous son premier mandat, le Portugal rejoint l’euro, organise l’exposition universelle et assure la création de la CPLP, tout en relançant sa croissance et luttant contre la pauvreté. Ce bon bilan, terni par l’échec des référendums sur l’IVG et la régionalisation, lui permet d’obtenir un second mandat aux élections législatives d’octobre 1999 avec une majorité moindre qu’attendue. Cette deuxième phase du pouvoir montre un Premier ministre affaibli dans un pays en proie aux difficultés économiques.

La lourde défaite aux élections locales de l’amène à démissionner de toutes ses fonctions et se retirer de la vie politique, à l’issue des élections de mars 2002 perdues par le PS. Pressenti en 2004 comme candidat à la présidentielle de 2006, il met fin à toute ambition nationale en 2005 lorsque Kofi Annan le nomme Haut commissaire des Nations unies pour les réfugiés (HCNUR). Il occupe cette fonction pendant deux mandats de cinq ans. Le , l’Assemblée générale des Nations unies le désigne comme secrétaire général pour succéder au Sud-Coréen Ban Ki-moon le .

 Le Plus. Antonio Guterres appelle à un processus de paix israélo-palestinien dirigé par l’ONU et le Quartet.

« L’objectif convenu depuis longtemps est clair: mettre fin à l’occupation et parvenir à une solution à deux États sur la base des frontières d’avant 1967, conformément au droit international, aux résolutions pertinentes des Nations Unies et aux accords bilatéraux, avec Jérusalem comme capitale des deux États », a déclaré Guterres à New York.

« Les Nations Unies restent déterminées à aider les Palestiniens et les Israéliens à résoudre le conflit et à mettre fin aux souffrances », a affirmé Guterres.

Antonio Guterres a indiqué que « l’appel d’Abbas pour une conférence de paix internationale sous les auspices des Nations Unies – et un Quartet élargi pour le Moyen-Orient – avec une préparation et une implication réfléchies des principales parties – offre une opportunité positive de faire progresser la paix dans la région. »

Gabriel Attal (Radio J)

Partager :