Partager :

Une scène peu commune en pleine pandémie mondiale. Des milliers de juifs ultra-orthodoxes ont participé, dimanche aux obsèques d’un rabbin à Jérusalem, bravant les règles de distanciation physique en vigueur pour lutter contre le Covid-19 et ravivant les tensions autour du respect du confinement.

Décédé dimanche à l’âge de 99 ans, le rabbin Meshulam Dovid Soloveitchik était l’un des dirigeants spirituels de la yechiva de Brisk, une école étudiant le Talmud, à Jérusalem. Il serait mort des suites du Covid-19, précise le Jerusalem Post. Une foule de disciples a suivi le cortège funéraire jusqu’à un cimetière en périphérie de la ville, sans respecter les règles de distanciation physique.

« Alors que des millions de familles et d’enfants sont enfermés chez eux et respectent le règlement, des milliers d’ultra-orthodoxes s’entassent lors d’un enterrement, la plupart d’entre eux sans masque », a fustigé sur Twitter le ministre de la Défense Benny Gantz, candidat aux élections législatives de mars. « Soit on ferme pour tout le monde, soit on ouvre pour tout le monde », a-t-il ajouté, dénonçant « un faux confinement ».

Un troisième confinement général

Le mois dernier, déjà, des milliers de juifs ultra-orthodoxes avaient également participé aux obsèques du rabbin Aaron Chadash, à Jérusalem, bravant de la même manière les règles de distanciation physique en vigueur.

Israël a imposé fin décembre son troisième confinement pour tenter de venir à bout de la pandémie. Des affrontements opposent depuis plusieurs jours les forces de l’ordre à des ultra-orthodoxes, que beaucoup d’Israéliens estiment responsables de la circulation du virus dans le pays.

Certains rabbins ont appelé leurs fidèles à ne pas fermer les écoles talmudiques pendant les trois confinements, instaurés au printemps, en septembre et en décembre, afin de continuer d’étudier les textes religieux en dépit des instructions sanitaires.

Israël a officiellement enregistré plus de 641 000 cas de personnes contaminées au virus depuis le début de la pandémie, dont plus de 4 700 décès.

www.leparisien.fr

Partager :