Partager :

EXCLUSIF. Un reportage très documenté de la télévision israélienne a montré que de plus en plus d’israéliens en situation d’hyper-pauvreté volent dans les épiceries et hypers-markets. Le nombre de vols a augmenté de manière vertigineuse depuis le début de la pandémie.

Les magasins israéliens utilisent un certain nombre de stratégies pour réduire le vol à l’étalage, y compris le stockage de petits articles coûteux dans des vitrines verrouillées, enchaîner ou attacher des articles à des étagères ou à des supports à vêtements (articles particulièrement chers), attacher des capteurs magnétiques ou radioélectriques ou des dyepacks aux articles, installer des miroirs incurvés montés au-dessus des étagères ou des caméras vidéo et des moniteurs vidéo, embaucher des « détectives de magasin » et des agents de sécurité en civil, et interdire l’introduction de sacs à dos ou d’autres sacs.

Certains magasins israéliens (une très large minorité) ont des agents de sécurité à la sortie, qui vérifient les sacs à dos et les sacs ainsi que les reçus. Les magasins luttent également contre le vol à l’étalage en formant les employés à détecter les voleurs à l’étalage potentiels.

Selon (1) : « Afin de mieux comprendre la situation financière des ménages, la Banque d’Israël a mené une enquête  avec le Brookdale Institute, qui a examiné l’utilisation des ressources financières et de l’aide gouvernementale par les ménages israéliens pendant l’épidémie du Corona.

L’enquête montre que la moitié des ménages israéliens a changé de comportement financier pendant la crise sanitaire. Un tiers des Israéliens ont puisé dans leurs économies. Plus de 20% des répondants ont eu besoin d’une aide financière: 10% ont contracté un prêt pendant la crise, et 14% ont indiqué avoir reçu une aide financière des membres de leur famille ou d’amis.

2,5% se sont retrouvés dans une situation de détresse financière importante qui les a forcés à la fois à contracter un prêt et à faire appel à la famille et aux amis. Par ailleurs, les données montrent une augmentation de   10% du nombre de ménages ayant utilisé leur autorisation de découvert.

Entre mars et août 2020 environ la moitié des entreprises ont subi des dommages sur leur l’activité par rapport à la période correspondante, 10,7% des entreprises ayant subi des dommages graves de plus de 50% de leurs revenus.
Ce sont surtout les petites entreprises qui ont été impactées.

Entre le premier et deuxième confinement, la baisse s’est poursuivie de manière significative pour 22% des entreprises avec diminution de plus de 50% des revenus à une quasi inactivité ».

(1) http://www.tel-avivre.com

Partager :