Partager :
  1. BIZZABO. L’industrie de l’événementiel a été décimée par la pandémie. Presque du jour au lendemain, tout, des petits rassemblements aux conférences mondiales, ont été annulés. Les startups qui desservaient cette industrie de plusieurs milliards de dollars n’avaient d’autre choix que de trouver  d’autres voies pour survivre.

Selon Alon Alroy de Bizzabo, basé à Tel Aviv : «En mars, nous avons vu l’entreprise s’effondrer ou presque – les clients ont annulé les contrats, demandé des remboursements. Nous avons dû contrôler les dépenses et mettre 25% de l’entreprise en congé temporaire. C’était très triste et stimulant, mais en même temps, nous avons dû nous réinventer et agir vite ».

«Nous avons dû faire un énorme changement de stratégie et, le 22 mars, nous étions les premiers sur le marché à lancer une solution pour les événements virtuels et hybrides. En moins d’un mois, les ventes ont commencé à arriver. À la fin du mois de juin, nous avons ré-embauché. Nous avons clôturé le deuxième trimestre comme le meilleur trimestre de ventes de l’entreprise avec la moitié de l’équipe de vente. »

Bizzabo a aidé les clients à trouver une nouvelle façon de s’engager avec les clients et de maintenir leur entreprise en vie.

Alon Alroy : «Personnellement, nous avons toujours été un peu hésitants à propos du travail à distance. Nous pensions que notre équipe devait être unie pour maintenir notre solide culture d’entreprise. Nous avons eu tort. Nos valeurs fondamentales étaient significativement plus importantes que le fait d’être physiquement ensemble.

Depuis le début de la pandémie, nous avons embauché 80 personnes supplémentaires qui n’ont jamais mis les pieds dans nos bureaux, et notre équipe est plus forte que jamais. »

2. POKER STARTUP. Tal Herzog, 24 ans, est le responsable de « l’Academy.Poker », qui sera bientôt lancé. Il prévoit d’enseigner aux joueurs de Poker comment jouer au jeu de manière plus professionnelle.

«Mon travail sur la préparation des cours de l’Académie m’a obligé à repenser la stratégie et les tactiques du poker pour créer des cours pour les joueurs moins expérimentés ».

Le co-fondateur et PDG de TheAcademy.Poker, Baruch Toledano, a expliqué qu’en raison de la pandémie de coronavirus, de nombreux tournois ont été transférés en ligne, une décision qui a changé de nombreux aspects du jeu.

« Tous les éléments de la psychologie du jeu, de la lecture du langage corporel de vos adversaires, ont été éliminés en ligne et cela a permis aux jeunes joueurs de prendre le dessus« , a déclaré Baruch Toledano.

« Le jeu en ligne est plus agressif et axé sur les compétences, et les cours que nous proposerons à l’Académie seront axés sur le jeu en ligne et donneront à nos étudiants l’avantage.

La situation du poker en Israël est assez complexe. Alors que les paris sportifs et la loterie sont tous deux légaux, d’autres formes de jeux d’argent, comme les jeux de casino, sont strictement illégaux. De nombreux Israéliens continuent de jouer au poker, utilisant des éléments tels que les eaux territoriales et d’autres pays voisins pour contourner les lois locales.

3. FRANCE ISRAËL.

Navya est une entreprise française spécialisée dans la conception et la construction de véhicules autonomes, électriques et robotisés. Navya vient d’annoncer qu’elle va équiper l’hôpital Sheba de Tel-Aviv pour le premier service public de mobilité autonome du pays. A partir de ce mois, la navette « Autonom » s’intègre au service de navette Sheba Bus existant du Centre pour transporter les passagers autour de son campus. Ce projet pilote, qui fait partie de l’initiative de mobilité intelligente, mené par l’Autorité israélienne de l’innovation (IIA) et le ministère israélien des transports, en coopération avec ST Engineering (France).

Il sera mené en collaboration avec la startup de solutions autonomes Blue White Robotics (BWR). Dans le cadre de ce projet, Navya fournit les systèmes de conduite autonomes ainsi que la navette électrique et les services associés. Il s’agit du 23 eme pays dans lequel Navya déploie ses solutions.

Etienne Hermite de Navya, commente : « Je suis très heureux de ce premier déploiement public en Israël, d’autant plus que nos systèmes sont mis en œuvre dans le cadre d’un parcours complexe. Je suis également ravi que notre partenariat avec ST Engineering soit étendu à Israël, qui est une « Start-up Nation» toujours à la pointe des dernières innovations technologiques, avec un fort potentiel ».

Oded Efrati, directeur général de ST Engineering (Israël), déclare : « Ce déploiement est une étape importante pour ST Engineering dans la fourniture de solutions de mobilité autonome. Nous sommes fiers de nous associer à Israël, avec qui nous partageons une vision commune de l’avenir de la mobilité urbaine ».

Partager :