Partager :
Il y a 15 ans, le 20 janvier 2006, Ilan Halimi était enlevé dans les Hauts-de-Seine. Pendant trois semaines, il était séquestré car juif. Il avait succombé à ses blessures.

Il était juif. Alors, pour ses ravisseurs, sa famille était riche. Il y a 15 ans jour pour jour, Ilan Halimi est enlevé dans les Hauts-de-Seine, à Sceaux.
Ce 20 janvier 2006, le jeune homme de 23 ans a rendez-vous avec une certaine Emma, rencontrée quelques jours plus tôt.
Mais le rendez-vous n’a rien de galant. Il s’agit d’une appât.
24 jours de torture
Le vendeur de téléphone sur le boulevard Voltaire à Paris se fait enlever. Débutent alors trois semaines de calvaire. Rapidement, une rançon est demandée par les ravisseurs. Mais le montant varie au fil des jours, entre 5 000 € et 450 000€ ! Aucune somme n’est finalement versée.
Pendant 24 jours, Ilan Halimi vit un véritable enfer. S’il est envisagé de le libérer au bout de quatre jours, comme l’avait raconté l’un de ses bourreaux, il n’en est finalement rien.
Le jeune homme est martyrisé dans un immeuble de la cité Pierre-Plate à Bagneux et n’est retrouvé que le 13 février, agonisant, à 25 km plus au sud, le long des voies du RER C à Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne).
Découvert dans la matinée, nu, brûlé à 80%, couvert d’hématomes et de contusions, présentant des plaies à la joue et à la gorge, il est pris en charge par les secours mais ne survit pas.
Il décède avant d’arriver à l’hôpital. Le jeune homme est enterré à Jérusalem.
Un groupe de 27 personnes
Un destin tragique sur fond d’antisémitisme. À l’époque, l’affaire avait marqué, choqué, ému mais surtout indigné.
D’autant que c’est un véritable réseau qui a torturé Ilan Halimi pendant près d’un mois. 27 personnes sont accusées d’avoir participé à cette sordide entreprise, tour à tour, de près comme de loin.
Le groupe est alors appelé « le gang des barbares ».
À sa tête, Youssouf Fofana. Deux jours après le décès de la victime, l’homme d’alors 26 ans se réfugie en Côte d’Ivoire. Mais il est arrêté sur place puis extradé, avant d’être jugé aux côtés des autres bourreaux. Le procès s’ouvre le 29 avril 2009. Le « cerveau » est condamné à la perpétuité, avec 22 ans de sûreté. La jeune femme qui a attiré Ilan Halimi dans le guet-apens écope, pour sa part, d’une peine de 9 ans. 22 autres personnes seront condamnées et trois acquittées.
Des lieux d’hommages profanés
À Bagneux, une plaque trône en sa mémoire dans le parc Richelieu. Bien que profanée à plusieurs reprises, elle a toujours été réinstallée. Dans l’Essonne, un arbre est également planté en hommage à Ilan Halimi le long de la voie ferrée du RER C.
Scié, un nouveau avait été replanté.

Source Actu

Partager :