Partager :

L’ambassadeur d’Israël en France, Daniel Saada, a dénoncé mercredi à Strasbourg une «manifestation de haine», après le refus d’un livreur Deliveroo de prendre en charge des commandes dans des établissements tenus par des restaurateurs juifs, et leur a exprimé son soutien.

«Je suis venu dire qu’il est temps que l’on comprenne que l’antisionisme et l’antisémitisme sont le même fléau qui nourrit et alimente la même haine ancestrale», a-t-il déclaré à la presse. «Comme pour la candidate au concours Miss France conspuée pour avoir simplement évoqué l’origine israélienne de son père, c’est encore une manifestation de haine que nous devons dénoncer et combattre», a-t-il ajouté, en référence aux messages antisémites qui avaient visé Miss Provence en décembre, et qui ont donné lieu à l’ouverture d’une enquête pour incitation à la haine raciale.

À Strasbourg, deux plaintes ont été déposées le 7 janvier par deux restaurateurs suite au refus, par un livreur Deliveroo à chaque fois, de prendre en charge une commande dans leur établissement. La venue de l’ambassadeur a été saluée par les deux restaurateurs, qui se sont dits «surpris et contents» de cette manifestation de soutien. «Sa venue est importante, ça peut faire bouger les choses. Il faut que de tels faits soient pris au sérieux», a témoigné l’un d’eux, Salomon, qui n’a pas souhaité préciser son nom. «Ça fait onze ans que je travaille dans la restauration, c’est la première fois que cela m’arrive, il ne faut pas laisser passer ça».

Suite à la plainte des restaurateurs, une enquête a été ouverte et confiée à la Sûreté départementale. Au moins une personne a été interpellée et était toujours auditionnée mercredi 13 janvier, «Cet évènement a choqué les gens, parce que Deliveroo, ça fait partie de leur quotidien, ce sont des gens qui viennent chez eux, et ils se rendent compte que parmi les livreurs, certains sont malveillants», a souligné Thierry Roos, porte-parole du Consistoire israélite du Bas-Rhin. «Cette haine des Juifs a germé dans la génération qui monte, celle des jeunes adultes, qui sont imprégnés de cet antisémitisme dont ils ne connaissent même pas le fond», a-t-il déploré. De son côté, Deliveroo a indiqué prendre «cet incident très au sérieux», et a lancé une enquête interne. «J’ai été très choquée d’apprendre l’incident», a déclaré Melvina Sarfati El Grably, directrice générale de l’entreprise en France, dans un message posté sur les réseaux sociaux. «L’antisémitisme, pas plus qu’aucune autre forme de racisme, n’a pas sa place chez Deliveroo».

https://www.lefigaro.fr

Partager :