Partager :

L’attrait de Dubaï, la plaque tournante commerciale des EAU, parsemée de gratte-ciel, de plages de sable et de centres commerciaux marbrés, s’est déjà révélé puissant. Des dizaines de touristes israéliens, en quête de réjouissances et de soulagement après des mois de restrictions sur les virus et non découragés par les avertissements de leur gouvernement sur les possibles attaques iraniennes dans la région, ont célébré des mariages, des bar-mitsvahs et Hanoukka et dont les grands rassemblements sont interdits chez eux.

Le rythme vertigineux de la normalisation a même étonné les sceptiques. Malgré les liens longtemps secrets entre les deux pays, les EAU ont longtemps considéré Israël comme un paria politique au cours des décennies de conflit israélo-palestinien. La modeste communauté juive expatriée de la fédération des sept cheikhoms a fait profil bas et a prié dans une villa non marquée.

Mais l’arrivée de 70 000 touristes israéliens, selon les estimations des agents de voyage, sur 15 vols quotidiens sans escale en décembre a tout changé. Un candélabre de Hanoukka de 3,5 mètres est apparu sous la Burj Khalifa, la plus haute tour du monde, où les Juifs se sont rassemblés pour allumer les bougies et prendre des selfies pendant que des chants hébreux festifs résonnaient dans l’immense fontaine du centre-ville.

Sur les médias sociaux, un voyage aux EAU est devenu un symbole de statut pour les Israéliens qui exposent des photos d’eux-mêmes à Dubaï. Une douzaine d’hôtels à travers la ville disent avoir réservé des milliers de voyageurs israéliens et avoir accueilli toute une série de conférences d’affaires, de fêtes de vacances et de mariages d’une journée. Des chanteurs israéliens ont prévu des concerts pour le printemps. Des sociétés de restauration casher du Royaume-Uni et d’ailleurs se sont installées aux Émirats arabes unis. Des projets sont en cours pour ouvrir le premier cimetière juif du pays et le premier bain rituel connu sous le nom de mikvah, selon le rabbin Mendel Duchman, qui aide à gérer le centre communautaire juif du pays.

Pendant des semaines en décembre, les seuls autres pays où les Israéliens ont pu débarquer sans une quarantaine de 14 jours à leur retour ont été le Rwanda et les Seychelles. Dubaï est resté ouvert aux affaires et au tourisme, avec peu de restrictions, si ce n’est la mise à distance sociale à l’intérieur et les masques à l’extérieur. Les invités aux mariages et autres rassemblements ne portent souvent pas de masques.

Malgré les inquiétudes initiales concernant les menaces iraniennes et les retombées diplomatiques de la mauvaise conduite des touristes, les agents de voyage affirment qu’il n’y a eu que des contretemps mineurs. Quelques touristes israéliens se sont retrouvés coincés dans des dunes de sable alors qu’ils faisaient la course en quad, ce qui a déclenché une mission de sauvetage élaborée par un hélicoptère du gouvernement. Certains ont été arrêtés pour avoir pris des photos dans une mosquée, a-t-il ajouté. D’autres ont été réprimandés pour avoir embrassé en public, un délit puni par le système juridique islamique des EAU et passible d’une peine de prison.

Mais alors que le virus s’est répandu en Israël et que les photos de fêtes bruyantes et non masquées à Dubaï ont été diffusées sur les médias sociaux, les ministères israéliens de la santé et des affaires étrangères se seraient disputés la classification des Émirats arabes unis comme zone de forte infection, ce qui nécessiterait une quarantaine à l’arrivée en Israël et pourrait gâcher la nouvelle cour du pays.

Le COVID nous a vraiment gênés, c’est dommage pour tous les nouveaux amis de la région que nous voulons rencontrer », a déclaré Eliav Benjamin, un fonctionnaire du ministère israélien des affaires étrangères, en référence aux autres accords de normalisation récents d’Israël avec le Bahreïn, le Soudan et le Maroc. « Les vaccins, cependant, vont changer la donne ».

Source : Yahoo & Israël Valley

Partager :