Partager :

La Banque d’Israël prévoit de continuer à acheter des devises étrangères en 2021 pour freiner la vigueur du shekel, a déclaré son gouverneur Amir Yaron lors d’une conférence, car l’appréciation de la monnaie israélienne nuit aux exportations et pourrait entraver la reprise de l’économie après le coup porté par la pandémie de coronavirus. Le shekel est actuellement à son plus bas niveau depuis 12 ans par rapport au dollar.

« La Banque d’Israël a l’intention de poursuivre sa politique sur le marché des changes en 2021 également et d’acheter les devises étrangères nécessaires pour empêcher l’appréciation de se poursuivre », a déclaré Yaron lors de la conférence Eli Hurvitz sur l’économie et la société pour 2020, organisée par l’Institut israélien de la démocratie [IDI].

Une appréciation rapide du shekel pourrait nuire aux exportations, a déclaré M. Yaron. Il est donc « difficile pour l’économie de se remettre de la crise ». Cette inquiétude s’intensifie compte tenu de la situation du commerce mondial et de l’augmentation du pourcentage d’entreprises qui signalent des pénuries de commandes à l’exportation ».

La Banque d’Israël a acheté, depuis le début de l’année jusqu’en novembre, quelque 17 milliards de dollars de devises étrangères, a-t-il dit, « freinant le taux d’appréciation ». Malgré cela, le taux représentatif du shekel était de 3,254 NIS pour un dollar le 11 décembre, proche de son plus bas niveau de 3,23 NIS pour un dollar atteint en janvier 2008.

La force du shekel est principalement due au fait que le dollar a baissé par rapport aux autres devises dans le monde, mais elle est également due à l’excédent plus important de la balance des paiements d’Israël cette année, en raison d’une contraction des importations et d’une baisse des prix de l’énergie, a déclaré M. Yaron, qui s’ajoutent à des années d’excédents de la balance des paiements et d’entrées de capitaux, car les investisseurs ont versé de l’argent dans l’économie israélienne et les investisseurs étrangers ont augmenté leurs avoirs en obligations israéliennes.

Source : Times of Israel (Copyrights).

 

Partager :