Partager :

La start-up d’analyse d’applications Bionic vient d’apparaître au grand jour en levant 17 millions de dollars. Basée à Palo Alto, en Californie, mais cofondée par le PDG Idan Ninyo et le directeur technique Eyal Mamo, qui ont passé plus de cinq ans au sein de l’unité 8200, elle prévoit d’investir ces fonds dans la R&D afin d’élargir sa clientèle à l’échelle internationale.

Les applications de rétro-ingénierie de la plate-forme Bionic permettent de prévoir des pannes d’architecture et de flux de données. Elle surveille les changements fondamentaux en production, permettant aux développeurs de définir des garde-fous qui empêchent les mises à jour et les mises à niveau des applications d’avoir un impact négatif sur les performances. Bionic est sans agent et fonctionne apparemment dans tous les environnements, emplacements et infrastructures, des applications sur site aux micro-services hébergés natifs du cloud. De plus, le processus est automatisé et peut être déployé en quelques minutes, comme le prétend Bionic.

« Nous utilisons un grand nombre des techniques de rétro-ingénierie que nous avons exploitées dans l’unité 8200 pour fournir un inventaire automatisé et complet des applications des clients : où elles sont déployées, configurations, API, sources de données, modifications, et plus encore », a déclaré M. Ninyo. « En quelques minutes, nous livrons ce qui prenait auparavant des centaines, voire des milliers d’heures à compiler sur les systèmes, les tableurs et autres méthodes de collecte manuelle. Nous sommes en mesure de montrer la carte complète des dépendances applicatives et des flux de données de l’environnement de production, comment les différents services consomment les API, quelles données circulent entre les services et les sources de données ».

Bionic est en concurrence avec un certain nombre de startups d’analyse d’applications, parmi lesquelles Apptopia et Adjust. Mais la société affirme que ses outils ont connu une adoption rapide et sont déjà utilisés par les équipes informatiques, opérationnelles et de sécurité des entreprises pharmaceutiques, financières et technologiques.

« La pandémie a accéléré les efforts de transformation numérique dans presque toutes les organisations, d’autant plus que les employés travaillent à domicile et que les entreprises sont de plus en plus dépendantes de leurs offres numériques », poursuit M. Ninyo. « Cela a rendu le problème du chaos des applications encore plus aigu pour les équipes informatiques des entreprises. Toutes ces organisations se rendent compte qu’elles doivent maintenir la conformité, réduire les risques et améliorer la résilience sans ralentir le rythme de développement ».

Source : Venture Beat & Israël Valley

 

Partager :