Partager :
Plus d’un quart de million de ménages en Israël sont tombés en dessous du seuil de pauvreté depuis le début de la pandémie, soit une augmentation de près de 50%, a révélé une enquête publiée mercredi.
Selon le rapport de l’organisation à but non lucratif Latet, le taux de ménages israéliens vivant dans la pauvreté a fait un bond de 20,1% à 29,3% en 2020.

Selon les estimations, ces pourcentages ont révélé que 850.000 ménages manquent de logements, d’éducation, de soins médicaux et de nourriture, et 268.000 ménages sont tombés dans la pauvreté depuis le début de la pandémie.
Latet lutte contre la pauvreté et l’insécurité alimentaire et soutient annuellement 70.000 familles dans le besoin via un réseau d’organisations caritatives.
Son rapport estime qu’environ 143.000 familles supplémentaires ont rejoint les 513.000 familles qui souffraient déjà d’insécurité alimentaire avant la crise.
« Nous sommes confrontés à une crise sans précédent dans l’histoire du pays », a affirmé mercredi soir Gilles Darmon, le président de l’association Latet à i24NEWS.
Aussi, quelque 422.000 ménages, représentant 14,5% du pays, se sont ajoutés aux 699.000 ménages (24,1%) souffrant déjà de détresse économique.
Le rapport national sur la pauvreté d’Israël est basé uniquement sur le revenu, mais celui effectué par Latet mesure la pauvreté en fonction des ménages dépourvus de besoins essentiels tels que le logement, l’éducation, les soins de santé, ou encore la sécurité alimentaire.

Source I24News

Partager :