Partager :

Les nouvelles technologies commencent à s’imposer dans l’univers de la vente de biens immobiliers. Intelligence artificielle et robots actionnés à distance sont utilisés aux USA.

Dans cet environnement, RealFriend a été créé en 2018 par Hadar Landau et Omri Klinger, deux entrepreneurs qui ont servi dans la même unité d’élite des services de renseignement des forces de défense israéliennes. Ils ont d’abord lancé Dooron, le cousin hébreu plus âgé de Luke, pour le marché locatif de Tel-Aviv, puis Luke s’est lancé à New York en juillet.

Le service est gratuit pour les utilisateurs. Les courtiers qui vendent une propriété, qui gagnent généralement une commission de trois pour cent sur les ventes à New York, versent à Luke 25% de leur commission lorsque le robot amène un acheteur.

Grâce à Luke, le client potentiel peut se concentrer sur le quartier du port de New York et se retrouve à explorer des propriétés – et à demander à Luke de lui recommander une offre de départ – à toute heure. « Je peux lui envoyer un texto à 23h, ou même à 1h du matin, et ne pas m’inquiéter de le déranger », a dit le Dr Pagan. Il a commencé à utiliser Luke en demandant quels quartiers de la ville étaient considérés comme « en plein essor » avec des prix avoisinant les 700 dollars le mètre carré.

Selon RealFriend, 45 000 utilisateurs ont chatté avec Luke depuis ses débuts à New York, ce qui a permis de signer plus de 1 000 baux et d’acheter quelques maisons. M. Klinger, co-fondateur et directeur de la technologie de RealFriend, dit qu’il s’attend à ce que le nombre d’acheteurs utilisant Luke augmente.

« Nous ne remplaçons pas les agents », a déclaré M. Klinger. « Nous les laissons faire ce qu’ils font de mieux. »

Luke ne peut pas conclure une affaire immobilière, a-t-il ajouté. Un courtier immobilier en personne doit toujours intervenir et s’occuper de la transaction après que Luke ait fait le gros du travail. Et bien que la capacité de Luke à trouver des listes d’appartements et à offrir des recommandations dépasse celle de tout être humain, il a toujours des limites.

« Nous ne pouvons toujours pas vous dire s’il y a une mauvaise odeur dans l’ascenseur ou si l’appartement ne ressemble pas à ses photos », a-t-il ajouté. « Nous n’en sommes pas encore là. »

Source : New York Times & Israël Valley

Partager :