Partager :

Jeremy Corbyn est le premier ancien dirigeant travailliste à avoir été suspendu par le parti aujourd’hui, après avoir minimisé un rapport accablant sur l’antisémitisme qui a conclu que le parti harcelait et discriminait illégalement les Juifs sous sa direction.

Un rapport de 130 pages de la Commission pour l’égalité et les droits de l’homme a constaté « des lacunes importantes dans la manière dont le parti travailliste a traité les plaintes d’antisémitisme au cours des quatre dernières années » avec « des exemples spécifiques de harcèlement, de discrimination et d’ingérence politique ».

Parmi les accusations portées contre le parti travailliste, on peut citer le fait que sur 70 plaintes d’antisémitisme analysées, 23 montraient des signes d' »ingérence politique » de la part du bureau de M. Corbyn et d’autres personnes. Ils ont également dénoncé « un manque de leadership au sein du parti travailliste sur ces questions », qui, selon eux, « est difficile à concilier avec son engagement déclaré en faveur d’une approche de tolérance zéro de l’antisémitisme ».

J Corbyn n’a pas été directement censuré par le rapport, qui a examiné le parti dans son ensemble. Mais dans une déclaration qu’il a publiée en fin de matinée, il a déclenché la colère en déclarant que « l’ampleur du problème a également été dramatiquement exagérée pour des raisons politiques par nos opposants à l’intérieur et à l’extérieur du parti, ainsi que par une grande partie des médias ».

Le nouveau leader Sir Keir Starmer a déclaré : « Si – après toute la douleur, tout le chagrin et toutes les preuves contenues dans ce rapport – il y a encore des personnes qui pensent que l’antisémitisme au sein du parti travailliste ne pose aucun problème, que tout cela est exagéré ou qu’il s’agit d’une attaque de faction, alors, franchement, vous faites partie du problème également. Et vous ne devriez pas non plus être à proximité du parti travailliste ».

Mais les commentaires contenus dans la déclaration ont forcé le parti à agir, et menacent de voir le Parti travailliste impliqué dans une autre guerre civile à cause de l’antisémitisme.

Une porte-parole du parti travailliste a déclaré : « À la lumière des commentaires qu’il a faits aujourd’hui et du fait qu’il ne s’est pas rétracté par la suite, le parti travailliste a suspendu Jeremy Corbyn dans l’attente d’une enquête.

Corbyn a nié qu’il faisait « partie du problème » et a déclaré qu’il ne quitterait pas le parti travailliste : Bien sûr que non. Je suis fier d’être membre du parti travailliste, j’ai rejoint le parti travailliste à 16 ans, j’ai lutté contre le racisme toute ma vie et je le ferai pour le reste de ma vie », a-t-il déclaré.

Les travaillistes disent enfin que c’en est assez, que l’antisémitisme ne peut jamais être toléré dans notre parti. Maintenant, nous pouvons enfin aller de l’avant ».

Source : Daily Mail & Israël Valley

Partager :