Partager :
Pour notre émission de ce jour nous allons nous concentrer sur les relations hightech Etats-Unis et Israël dans le contexte des élections.
N°1. COOPERATION ISRAËL ET ETATS-UNIS. UN BEL EXEMPLE?
A. Israël Aerospace Industries (IAI) a signé un accord de collaboration stratégique avec Sierra Nevada Corporation (SNC) pour soutenir le développement d’un nouveau système d’aéronef sans pilote à décollage et atterrissage verticaux (VTOL) pour le marché américain.
Les deux sociétés indiquent qu’elles voient un grand potentiel dans cette collaboration pour les applications de missions spéciales sur le marché américain des UAS tactiques au cours de la prochaine décennie, car l’utilisation accrue d’avions sans pilote continue d’améliorer la flexibilité opérationnelle, la sécurité et l’efficacité des opérations aériennes militaires américaines.
Les avions à décollage et atterrissage vertical ont été initialement développés par les militaires, qui craignaient que leurs avions ne soient cloués au sol après un bombardement de la piste. Ce type d’avion peut en effet être utilisé avec une infrastructure réduite au sol, tout comme un hélicoptère.
B. UN CONFLIT ETATS-UNIS ET ISRAËL? DESALINISATION.
Israël a octroyé le contrat pour la construction de la plus grande usine de désalinisation au monde à un consortium israélien, un geste en partie perçu comme une volonté d’éviter d’être pris en étau dans la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis.Trois groupes, dont une filiale locale de la société chinoise Hutchison company, avaient répondu à l’appel d’offres pour bâtir la station de Sorek 2 qui doit entrer en fonction vers 2023, mais le contrat de partenariat public-privé (PPP) a été accordé à un consortium israélien mené par la firme IDE et la banque Leumi, a annoncé le ministère des Finances.

Cette usine, d’une capacité annuelle de 200 millions de m3 d’eau potable, sera la plus grande au monde et va permettre à l’Etat hébreu d’augmenter de 35% sa capacité de désalinisation, a précisé le ministère.

C. ELBIT (ISRAEL) ET LE MUR DE TRUMP

L’une des promesses de Donald Trump : édifier un mur entre les Etats-Unis et le Mexique afin de réduire le nombre de clandestins.

C’est la firme israélienne Elbit Systems qui a été choisie pour fournir tout le matériel technologique installé le long de ce mur. Elbit possède une solide expérience en ce domaine puisque c’est elle qui a équipé les installations frontalières israéliennes, notamment le long de la frontière israélo-égyptienne, pour stopper le mouvement d’immigration clandestine en provenance d’Afrique.
Plusieurs délégations américaines se sont rendues en Israël pour visiter cette frontière ainsi que celle entre Israël et la bande de Gaza, car les spécialistes américains ont avoué qu’ils n’arrivent pas à assurer par eux-mêmes cette mission gigantesque. Ils ont alors décidé de confier à Elbit la tâche d’équiper cette « frontière intelligente » entre les Etats-Unis et le Mexique. Le système mis au point par une filiale d’Elbit aux Etats-Unis est une méthode intégrative qui comprend des tours de contrôle, des radars, des caméras, des capteurs ultra-sensibles pour les infiltrations par voie de terre aussi bien que par des tunnels souterrains, des équipements de communication.

 

Partager :