Partager :

SPECIAL ISRAELVALLEY. Samedi 24 octobre a été lancé, sur les réseaux sociaux du Moyen-Orient, un appel au boycott des produits français en représailles aux déclarations d’Emmanuel Macron sur les caricatures du prophète Mahomet. Ce mouvement, soutenu depuis par le président turc Recep Tayyip Erdogan.

En Syrie, dans la bande de Gaza ou en Libye, des portraits du président français ont été brûlés. En Israël en dehors de deux micro-manifs qui ont rassemblé au total 250 personnes devant la Résidence de France à Yafo et l’Ambassade de France à Tel-Aviv, les musulmans d’Israël ne brûlent pas des photos de Emmanuel Macron.

En dehors de quelques universitaires et francophones israéliens, personne n’est au courant que des produits français sont boycottés par des extrémistes musulmans dans certains pays arabes. A Yafo (de nombreux arabes israéliens y vivent), pas de rayonnages vidés des produits Bel ou Danone. La vie suit son cours pour les produits français dans la totalité des supermarchés israéliens, même ceux situés dans les villes arabes d’Israël.

Sur franceinfo : « Depuis ce week-end, les appels au boycott des produits français se multiplient. Sur les réseaux sociaux, vous verrez ces images de supermarchés au Qatar ou en Arabie Saoudite où l’on vide ostensiblement des rayons entiers de La Vache qui Rit, de Babybel, de paquets de pâtes ou de pots de confiture. Les chaînes Al-Meera et Souq al-Baladi ont notamment annoncé qu’elles « retireraient »  jusqu’à nouvel ordre les produits français de leurs magasins ».

Sur franceinfo : « Le boycott des produits français « très circonscrit ». C’est ce qu’a affirmé le ministre délégué au Commerce extérieur, Franck Riester, mardi. « Pour l’instant ce boycott est très circonscrit, limité à un certain nombre de produits alimentaires, mais vraiment de façon très limitée, tant mieux », a déclaré le ministre, invité de l’émission « Le Talk » sur le site du quotidien Le Figaro ».

Selon i24 News : « Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté mardi au Bangladesh, appelant au boycott des produits français après la défense par Emmanuel Macron de la liberté de caricaturer lors de l’hommage à un enseignant tué pour avoir montré des caricatures du prophète Mahomet, brûlant l’effigie du président français et l’accusant « d’adorer Satan ».

A travers le monde musulman, des fidèles ont réagi avec colère aux propos de M. Macron : dans les zones rebelles en Syrie, dans la bande de Gaza ou en Libye, des portraits du président français ont été brûlés. Dans plusieurs pays du Golfe, des marchandises françaises ont été retirées des étals.

Emmanuel Macron avait promis de ne pas « renoncer aux caricatures », lors d’un hommage national au professeur Samuel Paty, décapité par un islamiste le 16 octobre pour avoir montré des caricatures du prophète Mahomet à ses élèves lors d’un cours sur la liberté d’expression.

L’islam, dans son interprétation stricte, interdit toute représentation du prophète Mahomet.

A Dacca, plus de 40.000 personnes ont participé, selon les estimations de la police, à une marche organisée par l’Islami Andolan Bangladesh (IAB), l’un des principaux partis islamistes bangladais. Elle a été stoppée avant de parvenir près de l’ambassade de France dans la capitale du Bangladesh, pays majoritairement musulman ».

Source : i24 News (Copyrights).

Partager :