Partager :

ISRAELVALLEY EXCLUSIF. En dépit de ressources naturelles considérables, le Soudan est parmi les pays les plus pauvres du monde. Le PIB par habitant est de 2300$ (182e au monde).

Traditionnellement, l’économie du Soudan a été principalement agricole – avec la production de coton et de gomme arabique.

L’accord annoncé hier par Donald Trump peut bénéficier aux soudanais car les israéliens peuvent aider ce pays dans un domaine crucial : l’irrigation. L’agriculture, qui connaît de sérieuses difficultés en cas de sécheresse, est la principale ressource du pays et fournit les principaux produits d’exportation, en particulier le coton, le sésame et la gomme arabique (le Soudan détient 80 % du marché mondial) ; mais la production de céréales reste insuffisante pour nourrir la population du pays qui doit en importer.

SOUDAN ECONOMIE. La production (et les exportations) significative de pétrole commence vers la fin de 1999. L’économie du Soudan change nettement : 73 % des revenus d’exportation viennent du pétrole. Cette production de pétrole a amené des investissements étrangers importants et une modernisation du pays.

La situation économique du Soudan reste en 2020 des plus alarmantes. L’inflation augmente constamment, la monnaie nationale ne représente plus au marché noir que la moitié de son cours officiel, le taux de chômage des jeunes est estimé aux alentours de 30 %, sans compter tous ceux, très nombreux, travaillant dans le secteur informel ou les activités précaires (le Soudan est lui aussi atteint par « l’ubérisation »).

L’hypothèse d’une aide économique internationale est peu vraisemblable en raison de la radicalité sociale du mouvement de protestation qui a conduit à la « révolution de décembre » en 2019.

LE MONDE. « Donald Trump a convoqué la presse hier dans le bureau Ovale pour qu’elle assiste à une conférence téléphonique historique rassemblant le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou et les deux principaux responsables du régime de transition soudanais, le premier ministre, Abdallah Hamdok, et le président du Conseil souverain, le général Abdel Fattah Abdelrahman Bourhane. Il s’agissait d’annoncer le rapprochement entre l’Etat hébreu et le Soudan ».

Partager :