Partager :

Frappé par la crise actuelle du coronavirus, le ministre des Finances Rishi Sunak a suggéré aux musiciens de « changer de métier » et le gouvernement britannique a lancé une campagne publicitaire qui suggérait des changements de carrière radicaux ; L’une d’elles montrait une danseuse de ballet avec la légende suivante : « le prochain emploi de Fatima pourrait être dans la cybersécurité (elle ne le sait tout simplement pas encore) ».

CyberFirst, le programme gouvernemental à l’origine de cette publicité, offre aux jeunes de 11 à 17 ans la possibilité d’explorer une carrière dans les domaines de la technologie et la cybersécurité. Parmi les autres publicités figuraient des images d’une serveuse de café, d’un détaillant et d’un travailleur du secteur manufacturier.

Cette campagne a suscité un tollé sur les réseaux sociaux, dans un contexte de tensions entre le milieu culturel et le gouvernement, et après des déclarations polémiques

A sa sortie, le monde de la culture s’est immédiatement mobilisé s’indignant contre le gouvernement de Boris Johnson. Les réactions ont été nombreuses et ont pris une ampleur considérable avec les #Fatima et #SaveTheArts.

Le docteur Zoe Harcombe a dénoncé la campagne : « C’est odieux. Pourquoi le prochain emploi de Fatima devrait-il être dans le domaine de la cybernétique ? Sa vie, sa joie, sa passion et son talent sont dans le ballet et notre monde en est plus riche. Nous devons prendre conscience de ce qui se passe ».

De nombreux internautes se sont amusés à parodier cette campagne visant le gouvernement britannique surtout. On peut lire sur Twitter : « Fatima pourrait garder le travail qu’elle aime (si le gouvernement en a quelque chose à f…… » ou encore « Le prochain travail de Boris pourrait être dans un cirque (il ne le sait juste pas) ».

Le secrétaire à la culture Oliver Dowden a rapidement éloigné son département de l’image de la campagne, la qualifiant de « grossière » et disant qu’il voulait sauver les emplois à risque dans le domaine des arts. Le gouvernement a par ailleurs rapidement retiré cette affiche.

Cette polémique n’arrange en rien l’image du gouvernement de Boris Johnson, accusé de ne pas soutenir assez le secteur culturel et environ 400 musiciens s’étaient réunis devant le Palais de Westminster pour manifester, réclamant des aides à l’emploi et un soutien plus important de la part du gouvernement.

Malgré l’annonce d’un investissement de 1,57 milliards de livres sterling (l’équivalent de 1 ,7 milliards d’euros), les acteurs du milieu continuent de dénoncer un manque de considération pour la vie artistique du pays.

Source : Radio Classique & Israël Valley

Partager :