Partager :

Ferrero France a annoncé un investissement de 10 millions d’euros dans son usine de Villers-Ecalles, le plus gros site Nutella du groupe qui a réalisé un record de production au cours des 12 derniers mois.

C’était il y a quelques années : « Les consommateurs israéliens sont dans tous leurs états. Ils ont du mal à trouver du Nutella dans différentes grandes chaines de supermarchés du pays. Les amateurs de Nutella ne sont pas prêts à renoncer à leur marque préférée et sont donc partis en quête dans d’autres points de vente. Or il s’avère que là aussi, il n’y a pas de Nutella.

Pourtant d’après Ferrero « Il n’y a pas de pénurie », et il se pourrait que la raison soit toute autre. Il y a un mois, la société Lyman Schlussel a perdu le droit de commercialiser la marque Ferrero, qui comprend Ferrero Rocher, Kinder Bueno, les œufs en chocolat Kinder, les bonbons Tic-Tac et la pâte à tartiner Nutella.

Chacun se renvoie la responsabilité, en effet, au cours de la période de transition, il est difficile de trouver des produits dans toutes les chaînes de vente au détail, mais aussi en raison de difficultés d’acheminement. Ferrero maintient qu’il a livré et que les produits devraient donc être sur les étagères. Certaines chaines de supermarchés affirment quant à elle, disposer des produits Ferrero, pourtant, il est toujours difficile de les trouver d’après les consommateurs, qui n’ont pas hésité à contacter les médias pour que l’affaire soit clarifiée.

Cette pénurie fait que les consommateurs essayent d’autres marques. Ceux qui préfèrent Nutella n’iront pas acheter la pâte à tartiner d’Elite, en raison du goût différent, mais ils pourront essayer celle de Shurpersal ou d’autres marques.

Néanmoins le goût Nutella est unique et une fois apprécié, il est difficile de passer à une autre marque, même si elle est moins chère. Il convient de noter, le Nutella coûte cher par rapport à son prix de vente en Europe.

Quoi qu’il en soit, une fois encore le consommateur est pris en otage par les supermarchés et les importateurs, qui se renvoient la responsabilité de la non livraison. Certes d’autres pâtes à tartiner peuvent en profiter (produit nettement moins cher) mais en fin de compte, c’est le consommateur qui est déjà prêt à payer plus cher une marque, qui ressort frustré de son supermarché.

A l’approche des fêtes, il serait bon que tous les produits Ferrero soient à nouveau présents sur toutes les étagères de tous les supermarchés sans distinction ».

 

Partager :