Partager :

Vous ne pouvez pas venir en ce moment déposer vos prières et voeux au Kotel… L’Agence Juive a la solution. Son président Itzhak « Bouji » Herzog a lancé un projet qui propose aux Juifs du monde entier d’envoyer leurs messages par Internet avec l’engagement qu’ils seront glissés entre les pierres du Mur avant le jour de Kippour. Il suffit de cliquer http://my.jewishagency.org/kotel/en.  Un article de Nathalie Sosna-Ofir

 

Le Mur des Lamentations est une partie du mur de soutènement de l’esplanade du Temple de Jérusalem, situé dans le quartier juif de la vieille ville de Jérusalem. Bâti au Ier siècle durant l’achèvement de la construction du Second Temple, il renforce le flanc occidental du temple, d’où son appellation juive traditionnelle de Mur occidental (hébreu : הכותל המערבי, translit. : HaKotel HaMa’aravi, fam. le Kotel), et en constitue l’un des principaux vestiges. Il est révéré en cette qualité comme mur du Mont du Temple, d’autant qu’il est actuellement le lieu le plus proche du Saint des Saints, et est de ce fait considéré par le peuple juif comme l’endroit le plus saint pour la prière. Après l’érection de la cité romaine d’Ælia Capitolina, conçue pour effacer le souvenir de Jérusalem, et l’exclusion des Juifs de celle-ci, ils sont autorisés contre paiement à se rendre un jour par an au pied du mur pour se lamenter sur la destruction de la ville. L’appellation « Mur des Lamentations » apparaît alors dans les écrits des pélerins chrétiens, et témoigne de l’antijudaïsme ambiant car la destruction du Temple est considérée comme la preuve des enseignements de Jésus ainsi que le juste châtiment des Juifs qui ne l’ont pas accepté. C’est le terme le plus utilisé en français vers la fin du XIXe siècle.

Partager :