Partager :

GMAR HATIMA TOVA! (גמר חתימה טובה) : « Un bon sceau final. » . Célébration centrale du calendrier hébraïque, la fête juive de Yom Kippour, alias « du grand pardon », débute ce dimanche 27 septembre 2020. Notre journal en ligne, comme cela est le cas pour toute la presse israélienne et juive, ne sera pas en activité durant Yom Kippour. Ceci a toujours été le cas depuis 2006, date de démarrage de notre site.

Le Premier ministre israélien a exhorté la population à éviter de se rendre dans les synagogues pour Yom Kippour, qui débute ce soir. En Israël, la non-observance publique (comme manger ou conduire un véhicule motorisé) est tabou, au point que Yom Kippour y a reçu le surnom de « Fête des Bicyclettes », vu le nombre d’enfants qui roulent librement dans les rues sans crainte des voitures. On dénombre toutefois beaucoup d’accidents de vélo. Les programmes télévisés sont suspendus, il n’y a ni transport public, ni transport aérien, ni commerce ouverts.

La célébration du « grand pardon » commémore, selon le culte, un jour bien précis : celui où Dieu a pardonné au peuple juif pour la faute du Veau d’Or, relatée dans le livre de l’Exode (découvrez-en le récit ici). Cinq interdits rythment, durant 25 heures, le « Jour d’expiation » qu’est Yom Kippour pour les pratiquants du judaïsme, qui « affligent » ainsi leur âme, en famille et/ou à la synagogue, entre aumône et prière pour le pardon de leurs fautes :

  • Ne pas manger ni boire
  • Ne pas se laver
  • Ne pas s’appliquer de lotions sur la peau
  • Ne pas porter de chaussures en cuir
  • Ne pas avoir de relations sexuelles

Yom Kippour 2020

En 2020, Yom Kippour est fixée au 27 septembre. La célébration débute le dimanche 27 septembre au soir, à 19h21 (heure de Paris). Yom Kippour et ses privations doivent ensuite s’achever le lundi 28 septembre à 20h22 précises. La célébration religieuse a donc lieu en partie pendant le week-end, un moment « plus pratique » pour les croyants du judaïsme qui travaillent. Lors de la précédente « édition », Yom Kippour a eu lieu les 8 et 9 octobre, près de trois mois avant Hanouka, « fête des lumières » juive hivernale durant huit jours.

Date de Yom Kippour

Les dates et horaires du jeûne changent en fait chaque année. Si Yom Kippour n’est pas célébré à la même date d’une année sur l’autre, c’est parce que celle-ci dépend du calendrier hébraïque, qui se réfère à la Genèse de la Bible. Il est composé de 12 mois ou de 13 mois lunaires selon les années, et de semaines de sept jours commençant le dimanche et se terminant le jour du chabbat, c’est à dire le samedi. Les mois lunaires sont plus courts que les mois du calendrier grégorien (alternativement 29 ou 30 jours) : c’est pour cette raison que le 10 du mois de Tichri est une date fluctuante si l’on se réfère au calendrier d’usage. En 2014, Yom Kippour et l’Aïd el-Kebir, deux plus importantes fêtes du judaïsme et de l’islam, s’étaient déroulées en même temps, pour la première fois en 33 ans.

La fin du jeûne est signifiée dans les synagogues par la sonnerie du shofar, un instrument de musique à vent fabriqué à partir d’une corne de bélier. Les croyants se réunissent alors en famille ou au sein de leur communauté pour « casser le jeûne ». Les mets préparés pour célébrer la fin de la fête diffèrent selon les traditions : les séfarades ont pour habitude de manger des gâteaux secs accompagnés d’une citronnade alors que les ashkénazes préfèrent en général une boisson chaude et du fromage ou du poisson fumé. Après un repas léger, on sert un plat au poulet ou un bouillon.

Partager :