Partager :

Itamar Grotto: « L’objectif du confinement est de réduire le taux d’infection à 7% »

Le directeur général adjoint du ministère israélien de la Santé, le professeur Itamar Grotto, a déclaré ce mardi lors d’une réunion du comité coronavirus que l’objectif du confinement était de baisser à un taux de 7% d’infections. Lundi, 11,6% des tests de dépistage à la covid-19 ont été confirmés positifs.

Après le confinement, le pays reviendra au plan dit des feux de signalisation bien que les étapes pour sortir du confinement seront mises en place par périodes de deux semaines, selon le professeur. « Il n’est pas possible de présenter quoi que ce soit de concret pour le moment, cela dépend de ce que sera le succès du confinement. »

« Ce confinement ne fonctionne pas », affirme le ministre israélien de la Justice.

Dans une interview à la radio israélienne Kan Bet, le ministre de la Justice, Avi Nissenkorn, a déclaré que le gouvernement n’avait d’autre choix que d’imposer un verrouillage encore plus strict, afin de lutter contre la propagation du coronavirus. Le ministre, membre de l’alliance Bleu Blanc, a admis que le confinement n’atteignait tout simplement pas ses objectifs, et qu’en conséquence, il devrait être rendu « considérablement » plus sévère. « Nous essayons d’équilibrer les besoins de l’économie avec le besoin urgent de lutter contre ce virus », a ajouté Avi Nissenkorn.

Benyamin Netanyahou plaiderait pour un confinement plus strict après Kippour

Le cabinet israélien va se réunir ce mardi pour examiner une proposition visant à renforcer les restrictions du confinement actuel. La proposition viserait également à réduire l’activité économique et à garantir une application plus stricte des règles dans les rassemblements et les synagogues. Ce plan qui devait être initialement voté lundi a divisé le cabinet coronavirus en deux: d’un côté Benyamin Netanyahou et Yuli Edelstein pour le renforcement des restrictions, de l’autre Ronni Gamzu et Israël Katz contre cette proposition qui porterait un nouveau coup à l’économie du pays. S’il était adopté, le plan réduirait considérablement les opérations commerciales dans le secteur privé et l’activité du secteur privé à 30% ou moins. Le plan demande aussi des limites encore plus grandes sur les rassemblements.

Gabriel Attal (www.radioj.fr)

Partager :