Partager :

Les dattes de Judée tant vantées mais perdues depuis longtemps, repoussent de nouveau en Israël  et la récolte de ce mois-ci a été saluée comme un miracle moderne de la science.

C’est le Dr Sallon, qui fait des recherches en médecine naturelle, associé à Elaine Solowey, experte en agriculture aride, qui ont retrouvé et fait germer les anciennes graines. La récolte de fruits, célébrée lors d’une petite cérémonie au début du mois au Kibboutz Ketura, a été le point culminant de leur quête de 15 ans.

« En ces temps troublés de changement climatique, de pollution et de disparition d’espèces à un rythme alarmant, ramener quelque chose à la vie après une période de dormance est tellement symbolique », a déclaré le Dr Sallon. « Polliniser et produire ces dates incroyables est comme un faisceau de lumière dans une période sombre ».

Le Dr Solowey a planté les graines dans des pots en quarantaine en janvier 2005, n’attendant pas grand-chose, mais employant néanmoins quelques « astuces horticoles », dit-elle, pour tenter de les sortir de leur long sommeil, impliquant un réchauffement, une hydratation soigneuse, une hormone végétale et un engrais enzymatique.

Des semaines plus tard, dit-elle, elle a été « totalement étonnée » de voir que la terre s’était fissurée et qu’une petite pousse avait émergé. Baptisée Mathusalem en l’honneur du patriarche biblique connu pour sa longévité, cette pousse a depuis grandi pour devenir un arbre robuste à l’extérieur de son bureau.

La graine d’Hannah, qui provient d’une ancienne grotte funéraire de Wadi el-Makkukh près de Jéricho, aujourd’hui en Cisjordanie, a été datée au carbone entre le premier et le quatrième siècle avant J.-C., devenant ainsi l’une des plus anciennes graines connues à avoir jamais germé.

« Pour faire simple, que trouvons-nous ? » a déclaré le Dr Sallon. « L’histoire de l’ancien Israël et du peuple juif, des diasporas, des routes commerciales et du commerce à travers le Moyen-Orient. »

Outre l’intérêt du Dr Sallon pour les propriétés médicinales de ces fruits, le personnel de l’institut s’est lancé dans des plaisanteries sur la production en masse de ces fruits anciens et nouveaux, dans le but de les commercialiser comme « les dates que Jésus a mangées » et d’utiliser les fonds pour la recherche.

Et heureusement, les dates ont bon goût, car de nombreux textes anciens indiquent bien que les dates d’Israël étaient les meilleures du monde ».

Source : New York Times & Israël Valley

Partager :