Partager :

Contrairement à notre photo d’illustration de cet article, ceci n’est malheureusement pas une fake news! Elle est totalement authentique. Trente suspects ont été arrêtés, soupçonnés d’avoir commis une fraude énergétique d’une valeur de 700 millions de shekels.

D’après l’enquête, les membres du réseau criminel ont réussi à déjouer les mécanismes du «registre des entreprises» du ministère de la Justice et à revendiquer la propriété de centaines, voire de milliers d’entreprises différentes à travers le pays – principalement dans le secteur de l’énergie – et de les enregistrer en leur propre nom. Les criminels ont effectivement pris le contrôle des entreprises énergétiques à leur insu, modifiant les détails de propriété et les noms des propriétaires d’entreprises dans le registre des entreprises de l’État.

Cela leur a permis d’effectuer de nombreuses transactions financières pour le compte de quelqu’un d’autre, telles que l’ouverture de comptes bancaires, l’obtention d’un prêt, l’émission de factures fictives et la réalisation de transactions d’une valeur de centaines de millions de shekels, commettant ainsi des délits liés au blanchiment d’argent et à l’évasion fiscale. , fraude, etc. Ils ont également vendu du carburant dilué via un réseau de stations-service à travers le pays. Pour le moment, ces stations-service sont fermées et scellées par la police.

L’enquête a débuté il y a environ un an, lorsque le tribunal de district de Jérusalem a commencé à recevoir des plaintes d’entreprises énergétiques selon lesquelles leurs données, répertoriées sur le site Web du Bureau des sociétés du ministère de la Justice, avaient été falsifiées: tout à coup, la liste des personnes autorisées à signer dans les entreprises était ajouté des noms de famille inconnus. L’Office of Corporations a commencé à vérifier ces noms dans leurs bases de données pour suivre les différentes sociétés auprès desquelles ils sont enregistrés. Ensuite, la police s’est tournée vers les entreprises elles-mêmes, qui ont découvert qu’elles avaient enregistré les mêmes noms de famille apparus soudainement, et sont parvenues à la conclusion que les entreprises ne savaient même pas qu’une sorte de «société au sein de l’entreprise» était née sous leur nez – avec des personnes enregistrées comme actionnaires et personnes habilitées à signer.

Lorsque la police comptait déjà une centaine d’entreprises touchées par la saisie, elle a commencé à contacter des avocats et des comptables, par l’intermédiaire desquels des modifications ont été apportées au registraire des entreprises. Mais il s’est avéré qu’ils ne savaient même pas que leur nom et leur signature avaient été contrefaits dans des centaines de documents officiels.

Au fur et à mesure de l’enquête, il est devenu clair que l’objectif des criminels était d’utiliser les noms des propriétaires d’entreprises respectueuses de la loi, principalement dans les secteurs de l’énergie et des carburants, à des fins de blanchiment d’argent et d’évasion fiscale.

Les résultats des contrôles fiscaux à grande échelle et le ministère de l’Énergie ont trouvé au moins 1 200 factures fictives au nom des entreprises « détournées ». L’équipe d’enquête estime que le Trésor public a subi des dommages du fait de l’évasion fiscale d’un montant de 700 millions de shekels.

L’enquête a révélé un vaste réseau criminel opérant dans tout le pays, qui, entre autres, a également fourni des services à d’autres entreprises en acquérant de faux comptes afin d’éluder les impôts de l’État.

De plus, à l’aide de faux documents, les criminels ont ouvert des comptes bancaires qui fonctionnaient en parallèle avec les comptes réels des sociétés d’énergie, qui ne le savaient même pas. Une partie du blanchiment d’argent était également effectuée par le biais de bourses de valeurs et de stations-service, qui appartenaient à certains membres du groupe criminel et vendaient du carburant dilué dans tout le pays.

À ce jour, 30 suspects ont été arrêtés, dont certains seront placés en détention provisoire et certains relâchés dans des conditions restrictives. En outre, des comptes bancaires ont été gelés, des biens immobiliers et des voitures appartenant aux suspects ont été arrêtés et une nouvelle vague d’arrestations est attendue dans les prochains jours.

//cqvc.online/

Partager :