Partager :

BUDGET. Le gouvernement a approuvé cette nuit une rallonge budgétaire de 11 milliards de shekels pour le dernier trimestre 2020. Un ajout qui porte les dépenses publiques de cette année à 411 milliards de shekels. La plus grosse enveloppe ira au ministère de la Défense qui recevra 3 milliards de shekels. (i24News)

ENTREPRENEURS. Times of Israel : « Les petites entreprises et les travailleurs indépendants menacent d’ »anarchie » et affirment que si le gouvernement décide d’imposer un bouclage complet de l’économie, comme prévu dans les prochaines semaines, ils garderont leurs entreprises ouvertes à moins qu’on ne leur promette une compensation financière anticipée.

Lors d’une conférence de presse à Tel Aviv mercredi, Roee Cohen, le président de la Israel Federation of Small Business Organizations [Fédération israélienne des organisations de petites entreprises], a déclaré qu’“un nouveau bouclage serait une condamnation à mort pour les entreprises » et que le gouvernement avait « perdu depuis longtemps sa légitimité aux yeux du public”, y compris le secteur des affaires.

CONFINEMENT. i24News: « La directrice générale du ministère israélien des Finances, Keren Turner-Eyal, s’oppose vigoureusement à l’éventualité d’un nouveau confinement du pays.

« Nous devons éviter cela. Nous devons nous contenter de mesures de confinement localisées afin de permettre à l’économie de se redresser », a-t-elle déclaré mardi lors d’une réunion de la commission des finances de la Knesset, selon Israel Hayom.

Concernant le déficit budgétaire du pays, Keren Turner-Eyal a prédit qu’il atteindrait 13,4% d’ici la fin de l’année, mais qu’il pourrait être encore plus important si le gouvernement optait pour un autre verrouillage.

Actuellement, le déficit national s’élève à 8,1%, près de trois fois ce qu’il était avant la pandémie de coronavirus.

La directrice générale du ministère a par ailleurs affirmé qu’un cinquième des travailleurs israéliens actuellement mis en congé par leurs employeurs n’avaient aucun intérêt à se remettre sur le marché du travail.

Selon elle, le plan d’aide financière du gouvernement, qui prévoit de prolonger les allocations chômage jusqu’en juin 2021, incite de nombreux citoyens à ne pas travailler.

La directrice générale du ministère des Finances s’est enfin élevée contre l’idée qu’Israël adopte le modèle allemand, permettant de verser des allocations de chômage partiel en même temps que le salaire d’un employé, arguant que cela coûterait « des milliards » aux contribuables israéliens.

À la mi-août, Israël recensait 851.051 chômeurs, dont 536.906 placés en congé sans solde en raison de la pandémie de coronavirus ».

Partager :