Partager :

Le gouvernement approuve la participation de 75 M$ d’Eli Rozenberg dans El Al.

Eli Rozenberg est autorisé à acquérir 44,9 % des parts de la compagnie aérienne en difficulté, qui doit choisir entre accepter l’offre ou le plan de sauvetage et la nationalisation.

LE PLUS. Eli Rozenberg a une vingtaine d’années et est étudiant dans une yeshiva de Jérusalem. Il a fait une proposition de rachat de El Al il y a deux semaines au nom de son père Naftali Rozenberg.

Un magnat de l’immobilier américain qui vit à New-York, propriétaire d’hôtels et de maisons de retraites aux Etats-Unis, dont la fortune est estimée à au moins un demi-milliard de dollars.

En effet, la condition sinequanone pour prétendre reprendre la compagnie aérienne bleu et blanc est d’être détenteur de la nationalité israélienne ce qui est le cas d’Eli et non de son père.

El-Al est au bord de l’effondrement depuis la pandémie. Déjà qu’elle n’était déjà pas très en forme avant. Des milliers d’employés ont été mis au chômage ou en congés sans solde. Dont plusieurs centaines de pilotes. Tous les avions de l’entreprise sont cloués au sol et tous les vols annulés jusqu’au moins la fin du mois d’août.

http://www.actuj.com/2020-07/israel/8763-une-bonne-etoile-pour-el-al

 

Partager :