Partager :

Selon l’agence de classement Hurun, le nombre de licornes dans le monde a atteint 586 cette année, en hausse de 92 par rapport à l’année dernière, avec une valorisation totale de 1 900 milliards de dollars.

Par ailleurs, Beijing est la capitale des licornes du monde, avec 93 start-ups valant au moins un milliard de dollars et non encore cotées en bourse, suivie de San Francisco avec 68 licornes et de Shanghai avec 47 licornes. (http://french.china.org.cn)

LE PLUS. Qualifiée de Start-up Nation, Israël est souvent considérée comme un exemple à suivre avec près de 7 000 start-ups et une trentaine de licornes. La politique volontariste du gouvernement dans le domaine de la R&D, l’éducation (exposition à la technologie dès l’enfance), les dispositions culturelles (valorisation de la prise de risque notamment) et sociales constituent les facteurs clés du succès israélien. Si Israël a franchi un cap et s’apparente davantage aujourd’hui à une Scale-up Nation, le pays doit néanmoins relever plusieurs défis.

L’écosystème israélien poursuit son développement

  • Israël héberge un écosystème de 7 000 start-ups qui ont levé le montant record de 9 Mds USD en 2019 (contre près de 3 Mds USD en 2010) dans le cadre de 1 100 transactions. Les exits (rachats, introductions en bourse) se sont élevés à 21,7 Mds USD en 2019 (contre 2,6 Mds USD en 2010) pour 138 opérations.
  • L’écosystème israélien gagne en maturité. Le pays compterait en effet une trentaine de licornes (dont 12 qui ont vu le jour en 2019), ainsi qu’une vingtaine d’entreprises dont la valeur oscille entre 500 M USD et 900 M USD. La recrudescence des méga-deals reflète ainsi l’appétence des investisseurs pour ces entreprises ayant atteint un stade de développement avancé.
  • Le pays se distingue en particulier dans plusieurs domaines : la cybersécurité (où il concentrerait 20% des investissements mondiaux), l’intelligence artificielle (technologies transverses à l’ensemble des secteurs d’application), la mobilité intelligente, la santé numérique, l’agrotech/foodtech et la fintech.

(https://www.tresor.economie.gouv.fr/)

 

Partager :