Partager :

L’agence de notation internationale Fitch Ratings, l’une des quatre plus importantes du monde, avait en Avril 2020 maintenu la note A+pour l’économie israélienne et lui avait donné un pronostic de « stable ». Le niveau A+ est le meilleur niveau du groupe « Economie de qualité moyenne-supérieure » avec un 5e rang sur les 21 que compte le classement de cette agence. Depuis quelques jours les autorités israéliennes s’attendent à un mauvais classement d’Israël. Les derniers chiffres publiés (prévisions de croissance et chômage) sur l’économie israélienne sont mauvais (LPH et IsraelValley)

Times of Israel : « Les responsables du Trésor s’inquiètent de ce que la cote de crédit d’Israël à l’international puisse être revue à la baisse si un budget de l’Etat n’est pas approuvé d’ici la fin du mois, a fait savoir dimanche la Douzième chaîne.

Ces préoccupations, qui ont été exprimées la semaine dernière, ont été rendues publiques alors que la coalition formant le gouvernement d’unité reste à couteaux tirés concernant l’adoption d’un budget. Selon le reportage, les agences estimant les cotes de crédit des pays devraient procéder à un réexamen d’Israël à la fin du mois ».

LE PLUS. Les organismes de notation notent la confiance des institutions financières internationales dans l’économie des pays en évaluant notamment les risques de non-remboursement de la dette ou d’un emprunt d’un État. Fitch Ratings estime qu’en 2021, la croissance israélienne pourrait atteindre 5% si la crise du Corona est révolue, et de 3% en 2022.

En Avril 2020 : « Le ministre des Finances Moshé Cahlon s’est réjoui de cette nouvelle « qui montre le degré de confiance du système financier international qui estime que l’économie israélienne arrivera à surmonter la crise mondiale due au Corona ». « Cela donnera aussi de l’espoir aux citoyens du pays en leur montrant que l’économie israélienne reviendra à son niveau d’avant ». Le Trésorier-payeur-général a quant à lui exprimé son admiration face à cette annonce sans précédent en pleine crise économique mondiale ».

Partager :