Partager :

Depuis 2014, le pays a enregistré une croissance de 52% du nombre d’employés ultra-orthodoxes dans le high-tech, et de 35% du nombre d’étudiants ultra-religieux étudiant des matières de haute technologie.

On recense par ailleurs une augmentation de 90% du nombre de femmes haredi travaillant dans ce même secteur.

Enfin, quelque 200 start-ups dirigées par des ultra-orthodoxes ont été créées en Israël depuis 2015.

Ces chiffres ont été communiqués dans le premier rapport officiel relatif à l’intégration de la population active ultra-orthodoxe dans le secteur du high-tech, remis au président Reouven Rivlin ce mardi.

Le document, présenté par Karin Mayer-Rubenstein, la présidente-directrice générale des Industries de technologie avancée israéliennes (IATA), et Moshe Friedman, PDG de KamaTech, une start-up créée pour intégrer la communauté haredi dans le domaine de la haute technologie, fait ainsi état de la présence de plus en plus importante des ultra-orthodoxes dans ce secteur d’activité.

Se félicitant de ces chiffres, Reuven Rivlin a souligné que ce rapport montrait « que la haute technologie était un espace optimal pour intégrer les haredim, un secteur de la société qui valorise l’éducation et l’apprentissage, et qui fait preuve d’engagement et de motivation. »

Le président a également affirmé qu’il appartenait au pays de s’assurer que cette population recevait le meilleur niveau de formation pour intégrer le marché du travail.

« La société ultra-orthodoxe n’est pas seulement responsable d’elle-même. Elle a aussi une responsabilité envers l’État d’Israël et son économie. Faire entrer les haredim sur le marché du travail est clairement dans l’intérêt d’Israël. Le succès continu de notre pays en dépend », a encore dit le chef de l’Etat.

https://www.i24news.tv

Partager :