Partager :

Sur les pentes du mont Hermon coule le Banias, un ruisseau particulièrement vif autour duquel il est possible de découvrir des bassins peu profonds et des joyaux archéologiques disséminés au sein d’une réserve naturelle soigneusement préservée.

Un sentier de randonnée bien conçu et clairement balisé guide les visiteurs à travers la réserve depuis la source du Banias vers la grotte qui porte le même nom, où se trouve un ancien autel dédié au dieu grec Pan. Le sentier traverse des ruines qui remontent à l’époque romaine et des Croisades, et l’on peut y voir des thermes romains et d’autres ruines archéologiques telles que des temples et de vastes salles.

Le point fort de la réserve demeure toutefois la cascade impressionnante (selon une échelle de mesure israélienne) de 10 mètres de haut qui peut être contemplée de près ou bien depuis le pont suspendu, récement construit. On y trouve également un moulin à farine semi-opérationnel, ainsi qu’un ancien tank syrien qui date de la guerre des Six Jours.

L’accès à l’eau n’est pas autorisé dans toute la réserve naturelle, principalement en raison du délicat écosystème en place, mais également en raison des forts courants de cette rivière glacée.

Il s’agit du plus long des trois principaux affluents du Jourdain et de l’un des plus longs ruisseau d’Israël. Le ruisseau Snir puise sa source tout au nord du Liban et s’écoule jusqu’à la mer Morte. Une section du ruisseau, près de la source Barouch’, a été déclarée réserve naturelle, avec des sentiers dont la difficulté varie de simple à extrême pour que chaque amateur de randonnée puisse y trouver son bonheur. Il est également possible d’explorer la réserve à vélo – apportez le vôtre ou louez-en un auprès de l’un des nombreux opérateurs se trouvant à proximité.

Dans la réserve, vous trouverez deux bassins artificiels, le premier peut être considéré comme une pataugeoire où vos enfants et vous-même passerez de bons moments de rires et de plaisir et l’autre un réservoir qui sert de sanctuaire aux oiseaux et aux plantes aquatiques. Le pipeline Trans-Arabian, aujourd’hui disparu, passe également par ici.

https://www.elal.com

Partager :