Partager :

Le ministre israélien des Finances, Israel Katz, a ordonné le gel d’un programme d’aide gouvernementale aux organisations caritatives qui soutiennent financièrement les nécessiteux, les sans-abris, les survivants de l’Holocauste ou encore les victimes d’agressions sexuelles. Cette initiative fait suite à des pressions exercées par des militants d’extrême-droite qui s’opposent à ce que les fonds soient également dirigés vers des organisations qui aident les réfugiés et les demandeurs d’asile. Le programme d’aide de 53 millions de shekels (13 millions d’euros) était destiné aux organismes à but non-lucratif, gravement touchés par la crise du coronavirus.

Après une campagne de pressions publiques exercées par des militants d’extrême-droite, dont Yair Netanyahou, le fils du Premier ministre, I. Katz a déclaré au conseiller juridique de son bureau que certains des groupes qui devaient recevoir les fonds « organisent des activités contraires aux valeurs et aux politiques du gouvernement. » Il a également demandé à ce que les critères d’obtention de l’aide soient modifiés. Des sources gouvernementales ont déclaré à Haaretz qu’il n’est pas encore clair si Katz a le pouvoir de bloquer l’aide financière, car elle a déjà été approuvée par tous les ministères concernés. Selon le rapport, les représentants du gouvernement devraient convoquer une réunion dimanche pour discuter de la question. (https://www.i24news.tv/)

YAIR,LE FILS. LE PLUS. DANS LE JOURNAL LE MONDE.

Yair Nétanyahou, 26 ans, est le fils aîné du premier ministre israélien Benjamin Nétanyahou et de son épouse Sara. Depuis 1996, année de l’élection du chef du Likoud, Yair et son frère cadet, Avner, ont grandi dans l’ombre du pouvoir paternel. Après trois ans de service militaire dans l’unité du porte-parole de Tsahal, il a repris des études en relations internationales à Jérusalem. En 2014, son aventure avec une étudiante norvégienne non juive, Sandra Leikanger, a irrité la frange ultra-orthodoxe du gouvernement. On a même demandé à Benjamin Nétanyahou, qui a lui-même été marié à une Anglaise non juive, de forcer son fils à rompre. Le cabinet du premier ministre finira par démentir toute relation amoureuse entre les deux individus.

Partager :