Partager :

Trois personnes, dont Sheffi Paz, célèbre activiste anti-immigration, ont été brièvement placées en détention jeudi soir. Les militants sont soupçonnés d’avoir peint des slogans contre la Cour suprême aux abords de l’habitation de la présidente de l’institution, Esther Hayut.

Parmi ces graffitis, les phrases : « Esther Hayut, vous avez enterré le sionisme », « Merci d’avoir enterré le droit au retour à Tel Aviv » ainsi que « la Cour suprême a détruit le sud de Tel Aviv ».

Deux des suspects ont été libérés après avoir été interrogés la police. Pour sa part, l’activiste Sheffi Paz a bénéficié d’une libération provisoire après une audience devant les magistrats qui a eu lieu vendredi matin.

Cela fait des années que Paz fait campagne contre la présence des migrants africains dans son quartier du sud de Tel Aviv. Elle a confirmé son arrestation dans un tweet posté jeudi soir.

Le mois dernier, Paz avait reconnu avoir placé des autocollants aux abords de l’habitation du juge à la Cour suprême Uzi Vogelman. Ce dernier avait immédiatement déposé plainte.

Sur ces autocollants figurait le slogan « le sang juif ne coûte pas cher – (signé 🙂 la Cour suprême de justice », un jeu de mots réalisé à partir d’un slogan utilisé par les activistes juifs d’extrême-droite, « le sang juif coûte cher ».

Les autocollants, qui portaient également l’inscription du « Front de libération du sud de Tel Aviv » -l’organisation de Paz – faisaient apparemment référence aux jugements de la Cour suprême qui ont empêché l’expulsion par le gouvernement des migrants du quartier. Ces derniers, affirment les résidents, sont à l’origine de crimes, et ont notamment commis des viols.

https://fr.timesofisrael.com/

Partager :