Partager :

Comme le système de santé israélien est numérisé depuis deux décennies, il permet aux start-uppers d’accéder plus facilement aux données de formation dont ils ont besoin pour construire des algorithmes. Ainsi, Healthy.io a transformé le téléphone portable en laboratoire d’essai et elle s’est fait une place sur la liste des 50 « disrupteurs » 2020 de CNBC, publiée mardi.

L’entreprise, qui met au point une technologie permettant aux consommateurs de faire plus facilement des analyses d’urine à domicile, a déjà des relations avec les systèmes de santé américains, dont Geisinger. Son concept offre une alternative aux méthodes traditionnelles d’analyse d’urine, qui impliquent qu’un individu prenne du temps sur sa journée pour se rendre dans un laboratoire ou chez un médecin.

Avec le kit Healthy.io, le patient se teste lui-même à la maison en utilisant le bâtonnet approuvé par la FDA qui est inclus et qui peut être trempé dans une tasse d’urine. De là, une caméra de smartphone scanne les résultats. Healthy.io affirme que ses algorithmes de vision par ordinateur et sa méthode d’étalonnage rendent les tests précis aussi faciles que la prise d’un égoïsme.

Healthy.io recherche les signes de maladies rénales et d’infections urinaires précoces. En Israël et au Royaume-Uni, ils utilisent actuellement cette technologie pour détecter les éventuelles complications de la grossesse. Ils s’apprêtent à lancer cette technologie aux États-Unis.

Yonatan Adiri, co-fondateur et PDG de l’entreprise, parle de son entreprise comme d’une aide à l’entrée dans « l’ère de l’égoïsme médical ». Cela s’explique par l’inspiration qui se cache derrière le modèle commercial. Adiri et ses co-fondateurs, Roee Salomon et Shachar Mendelowitz, ont prévu que les appareils photo des smartphones deviendraient beaucoup plus sophistiqués, en partie pour que les consommateurs continuent à prendre des selfies. Ils ont donc commencé à penser qu’ils pourraient en tirer parti pour les cas d’utilisation médicale.

Healthy.io n’est pas la première entreprise qui transforme un smartphone en appareil médical. Mais la société est plus avancée que la plupart des autres, compte tenu de ses relations avec les hôpitaux et de ses autorisations réglementaires, qu’Adiri attribue en partie à ses origines israéliennes.

Adiri a déclaré que les entrepreneurs israéliens dans l’espace sont extrêmement concentrés sur la technologie de l’apprentissage machine. Contrairement aux États-Unis, où les données de formation sont extrêmement difficiles d’accès parce qu’elles sont stockées dans des systèmes disparates, les fondateurs israéliens peuvent puiser dans une mine de données structurées pour former leurs algorithmes.

« Notre système de santé est numérique depuis 20 ans », a déclaré M. Adiri, qui travaillait auparavant comme conseiller technique auprès de l’ancien président israélien Shimon Peres. « Cela crée des données et des capacités structurées ».

De nos jours, les technologies de la santé sont rapidement devenues l’un des marchés les plus attrayants pour les entrepreneurs en Israël. Ses start-ups, dont Healthy.io, Tytocare et K Health, attirent des investissements et des clients aux États-Unis, au Royaume-Uni et sur d’autres marchés importants. Healthy.io a levé 95 millions de dollars depuis son lancement en 2013, auprès d’un mélange d’investisseurs israéliens et américains. Cette année, Healthy.io et K Health ont toutes deux été inscrites sur la liste 2020 Disruptor 50 de CNBC des start-ups les plus innovantes au monde, publiée mardi.

Source : MSN & Israël Valley

Partager :