Partager :

Il y a quelques années, Ari Goldfarb a fondé la société Kando dans un premier temps pour repérer les déchets industriels dans le labyrinthe du système d’égouts municipal de Tel-Aviv.

Mais, quand la crise du coronavirus s’est déclenchée, il y a vu une occasion unique de tester les limites de la technologie souterraine développée par son entreprise lorsque des patients atteints de coronavirus ont été transférés dans un hôtel d’Ashkelon repris par le gouvernement.

En mai, Kando s’est associé à des scientifiques et des mathématiciens d’Israël, d’Europe et des États-Unis pour lancer un projet pilote d’un mois visant à déterminer la précision de leur technologie.

Les résultats, a déclaré M. Goldfarb, sont conformes aux données du ministère de la santé montrant l’étendue et la localisation quasi exacte des porteurs de virus confirmés, y compris l’hôtel utilisé par les patients. « Nous sommes les seuls à pouvoir dire où se trouve l’épidémie et quelle est son ampleur dans la ville », a déclaré M. Goldfarb.

Ari Goldfarb espère maintenant déployer sa technologie à plus grande échelle pour fournir une alerte précoce des futures concentrations de la maladie respiratoire.

Les capteurs de la société Kando peuvent mesurer le débit des eaux usées et la distance parcourue, en utilisant des algorithmes pour déterminer le meilleur moment pour prélever automatiquement des échantillons. Puis, ils sont ensuite analysés dans un certain nombre de laboratoires, et les résultats indiquent à l’entreprise la direction à suivre dans les canalisations du réseau d’égouts pour atteindre la source du virus.

La technologie permet de détecter le virus « dans les eaux usées (des) personnes asymptomatiques, de sorte que nous soyons informés d’une nouvelle épidémie avant qu’elle ne se produise réellement », a déclaré M. Goldfarb et la technologie Kando s’est déjà avérée efficace pour aider les autorités à contenir une épidémie de polio en 2013 dans la ville de Hura, dans le sud du pays, a-t-il ajouté.

« Si vous disposez d’une plateforme pour détecter les virus, en particulier la corona, nous pouvons utiliser la même plateforme pour d’autres virus », a déclaré Yaniv, un chercheur en doctorat du département d’ingénierie biotechnologique de l’université.

Après le projet pilote d’Ashkelon, un certain nombre de municipalités israéliennes ont exprimé leur intérêt pour cette technologie, mais les autorités n’ont pas chargé Kando de déployer le projet à plus grande échelle.

Source : DailyMail & Israël Valley

Partager :