Partager :

Traquer la criminalité sur le Dark Web. Poursuivre les escrocs, terroristes et autres mafieux qui se terrent dans les recoins du Dark Web, c’est la mission que s’est donnée Sixgill. Sa technologie de pointe en cybersécurité lui permet de surfer sur cette face obscure du web, d’y repérer les agissements criminels et de bloquer leurs attaques. Sixgill est une société israélienne de cyberintelligence B2B qui analyse et surveille le web profond et le dark web pour détecter les menaces. La société a été fondée en 2014 et a son siège à Netanya, en Israël. Israelvalley connait bien cette firme exceptionnelle.

SELON LE SITE PRESSCITRON (https://www.presse-citron.net/). Un rapport de la société de cybersécurité Sixgill (Israël) est très révélateur. Selon les chercheurs, de nombreux dealers se sont tournés vers le dark web pour contrer les effets du confinement. L’offre était ainsi très stable en fin d’année 2019 où 4154 produits ont été répertoriés, ce chiffre est passé à 24 719 fin avril.

Dans le détail, le rapport note une augmentation de l’offre d’ecstasy de 224 %, de cannabis : + 555 % et de cocaïne : + 1000 %. Il est impossible de connaître avec précision les volumes de vente mais les chercheurs ont tenté d’en savoir plus en observant le nombre de commentaires sous les produits. Ce dernier a doublé au cours des derniers mois.

L’étude de Sixgill relève également un sentiment de méfiance chez les clients qui préfèrent acheter en ligne qu’à l’extérieur. La crainte est en effet d’attraper le virus en quittant son domicile ou de se faire repérer par la police en bravant le confinement.

Comme pour les activités légales, cette évolution s’est faite de manière très accélérée mais rien ne dit qu’elle durera une fois la pandémie terminée.

Pour rappel, le dark web est en ensemble de sites web qui ne sont pas référencés sur les moteurs de recherche traditionnels. Ils sont souvent utilisés pour des pratiques en marge de la légalité. Nous vous parlions notamment récemment de ce hacker qui a mis en vente les données personnelles de 538 millions d’utilisateurs du réseau social Weibo pour à peine quelques centaines d’euros.

 

Partager :