Partager :
SPECIAL ISRAELVALLEY. Amazon Technologies a un immense intérêt  pour les technologies israéliennes, surtout les technologies de reconnaissances faciales. Mais un problème se pose.
Des associations de lutte contre les inégalités raciales exhortent depuis des semaines Amazon de cesser toute collaboration technologique avec la police américaine, alors que les manifestations continuent aux Etats-Unis contre les violences policières et le racisme.
C’est un secret pour personne qu’Amazon fait de la veille technologique très active en Israël. Amazon s’intéresse beaucoup au secteur de la reconnaissance faciale. De là à penser que le groupe américain va mettre un frein à son intérêt à la reconnaissance faciale, c’est tout à fait possible.
Le dossier « reconnaissance faciale » est explosif. Selon (1) : « Amazon entretient-t-il, à cause des technologies de reconnaissance faciale qu’il fournit à la police, le racisme systémique des forces de l’ordre à l’encontre des Afro-Américains ?
C’est le point de vue d’organisations de lutte contre les inégalités raciales comme l’American Civil Liberties Union (ACLU) ou encore MediaJustice, qui ont mis en ligne mardi 9 juin une pétition en ligne exhortant l’entreprise de Jeff Bezos à cesser toute collaboration technologique avec la police américaine. Le géant américain du commerce en ligne, du cloud (informatique à distance) et des technologies « alimente et profite de l’injustice systématique, des inégalités et des violences contre les communautés noires« , accuse leur pétition.
« La reconnaissance faciale n’est pas une technologie neutre, quel que soit le discours d’Amazon. Elle automatise la surveillance de masse, menace la liberté des gens de vivre leur vie privée hors du regard du gouvernement, et amplifie les préjugés et les inégalités dans le système de justice pénale« , est-il écrit ».  (1) https://www.latribune.fr/)
Le secteur de la reconnaissance faciale israélienne est bien présent aux Etats-Unis. En France les israéliens tentent aussi leur chance. Un simple rappel : « A l’occasion du 135e carnaval de Nice, la ville va tester durant deux jours dans un périmètre restreint délimité par six caméras le système de reconnaissance faciale israélien mis en place sur la voie publique . Ce test se fera sur la base du volontariat, avec un millier de «cobayes» ayant accepté d’être identifiés par le logiciel, développé par la startup israélienne AnyVision placée pour devenir leader mondial du secteur ».

TECHNOLOGIE ET PAUME DE LA MAIN. Difficile de savoir si Amazon anticipe un usage, mais l’intérêt du géant de l’e-commerce est désormais officiel : la société américaine Amazon Technologies a déposé le 26 décembre dernier un demande auprès du bureau américain des brevets (US Patent and Trademark Office) autour d’un système de scanner sans contact, qui permettrait aux consommateurs d’être identifiés, et donc de payer leurs achats, au travers des caractéristiques biométriques de la paume de leur main. Elles « seraient associées au compte Amazon du client » afin que « son compte soit débité de cet article » en cas d’achat, peut-on lire dans la demande.

Selon le document, ce brevet émane de neuf responsables d’Amazon Technologies travaillant aux Etats-Unis et en Israël. Le dossier, accompagné de graphiques, indique que les individus seraient identifiés par les caractéristiques externes de leur main, comme les lignes et les plis, mais également de la structure anatomique interne, composée des réseaux veineux, des os et des tissus. Il est également précisé que les scanners seraient situés aux entrées ou sorties d’un lieu donné, laissant penser que le paiement aurait lieu sur des bornes indépendantes et non sur smartphone, du moins dans un premier temps. (https://www.usine-digitale.fr)

 

Partager :