Partager :

Des archéologues israéliens affirment avoir trouvé des résidus de cannabis sur des artefacts provenant d’un ancien temple du sud d’Israël – fournissant ainsi les premières preuves de l’utilisation de l’hallucinogène dans l’ancienne religion juive.

Dans un document de recherche, les auteurs affirment que la découverte d’un sanctuaire du VIIIe siècle avant J.-C. à Tel Arad offre la première preuve de « l’utilisation de substances psychotropes dans le cadre de rituels cultuels en Judée », y compris dans le premier temple juif qui se trouvait à Jérusalem à la même époque.

Les fouilles archéologiques de Tel Arad, situées à environ 60 kilomètres au sud de Jérusalem, ont permis de découvrir, dans les années 1960, une forteresse appartenant à l’ancien royaume de Juda, et en son centre un petit sanctuaire présentant des similitudes frappantes avec le temple biblique de Jérusalem.

Mais pendant des décennies, les tentatives pour déterminer la composition des dépôts noirs trouvés sur deux autels en pierre calcaire du sanctuaire intérieur du sanctuaire – aujourd’hui situé au Musée d’Israël à Jérusalem – n’ont pas été concluantes.

L’analyse chimique des échantillons effectuée à l’Université hébraïque et à l’Institut Technion d’Israël a révélé que l’un des autels contenait les composés psychoactifs trouvés dans la marijuana, et que l’autre contenait des traces d’encens – l’un des ingrédients mentionnés dans la Bible pour le sacrifice d’encens dans les anciens temples juifs, ont écrit les auteurs.

Les chercheurs ont publié leurs conclusions vendredi dans la revue universitaire « Tel Aviv : Journal de l’Institut d’Archéologie de l’Université de Tel Aviv » et Eran Arie, conservateur de l’archéologie de l’âge du fer au Musée d’Israël à Jérusalem et auteur principal de l’étude, a déclaré que cette découverte était « révolutionnaire », car elle constitue la première preuve de l’utilisation du cannabis dans l’ancien Proche-Orient et la « première fois que nous voyons des substances psychoactives dans la religion judaïque ».

L’absence de pollen ou de graines de cannabis provenant du Proche-Orient ancien indique que le cannabis a probablement été importé par des routes commerciales de longue distance, peut-être sous forme de résine, connue familièrement sous le nom de haschisch. L’analyse chimique de l’autel de Tel Arad a montré qu’il était brûlé sur des excréments d’animaux séchés.

« Ici, la religion officielle du royaume de Juda utilisait cette substance », a déclaré M. Arie. En raison du lien évident entre le site et la monarchie, il suggère qu’il pourrait indiquer comment le culte était pratiqué dans le Temple biblique de Jérusalem.

Yossi Garfinkel, un professeur d’archéologie de l’Université hébraïque qui n’a pas participé à l’étude, a déclaré que l’utilisation rituelle du vin dans le judaïsme, et certaines indications de l’utilisation de l’opium ailleurs dans la région, suggèrent que pour les anciens Israélites, il était « une chose souhaitable d’entrer en extase et de se connecter avec Dieu ».

Source : Beaumont & Israël Valley

Partager :