Partager :

Dora Bakoyannis, ancienne ministre des affaires étrangères de Grèce et Ram Aviram, ancien ambassadeur d’Israël en Grèce ont récemment publié une tribune reprenant l’historique des relations gréco-israéliennes.

Car si en 2019, plus de 700 000 Israéliens ont visité la Grèce et si les forces militaires grecques et israéliennes ont organisé des exercices communs, cette fraternité n’a pas toujours été acquise.

Lorsque le 21 mai 1990, le Premier ministre grec Konstantinos Mitsotakis a reconnu de jure l’État d’Israël, établissant enfin des relations diplomatiques complètes entre Israël et la Grèce, il a symboliquement mis fin à près de quatre décennies de « temps perdu » dans les liens entre les deux anciennes nations et pendant longtemps l’opinion publique grecque de l’époque a été résolument pro-arabe et anti-israélienne.

En effet, jusqu’à cette décision historique, la politique grecque envers Israël était principalement dictée par une perception de jeu à somme nulle : la nécessité pour le monde arabe de soutenir la Grèce sur la question de Chypre et d’assurer l’approvisionnement en pétrole signifiait des relations froides et de bas niveau avec Israël.

Le soutien à la cause palestinienne durant les années 1980 s’est traduit en Grèce par un soutien public émotionnel de ces intérêts. Mais, lentement mais sûrement, cette attitude a commencé à s’estomper.

Les années 1990 ont vu l’avènement du processus de paix arabo-israélien et le statut d’Israël dans le monde a changé. C’était la décennie du rapprochement entre Israël et la Turquie, et il semblait que la Turquie allait être le partenaire stratégique d’Israël, mais les choses ont changé.

C’est lors des préparatifs des Jeux olympiques d’Athènes de 2004 que les choses ont évolué et Israël a fait partie du petit groupe qui a aidé la Grèce dans sa politique anti-terroriste pour la sécurité des Jeux. Pourtant, les Israéliens hésitaient à promouvoir leurs relations avec Athènes, espérant toujours ne pas nuire aux liens stratégiques de défense entre Israël et la Turquie.

À la fin de la première décennie des années 2000, deux événements tectoniques majeurs ont eu lieu, qui ont affecté encore plus les relations entre la Grèce et Israël : La politique anti-israélienne est devenue une pierre angulaire de la politique du régime du président turc Recep Tayyip Erdogan. Israël, Chypre et la Grèce ont découvert des gisements de gaz naturel stratégiques en Méditerranée et ont pensé à des moyens de coopérer pour transporter le gaz vers l’Europe. Le temps était venu pour un changement d’attitude du côté israélien, ouvrant la voie à des relations florissantes. Depuis 2010, une alliance s’est forgée entre la Grèce et Israël dans tous les domaines de la vie, créée par une profonde reconnaissance des intérêts convergents et des valeurs démocratiques.

Il semble qu’Israël ait trouvé sa « profondeur stratégique » en regardant vers la mer Égée et que la Grèce ait trouvé un partenaire fiable dans une région instable – cette fois-ci pour de nombreuses années à venir. En effet, ce qui a été commencé par Konstantinos Mitsotakis il y a 30 ans porte ses fruits.

Source : Ekathimerini & Israël Valley

 

 

Partager :