Partager :

L’Iran est lié à une tentative de cyber-attaque le mois dernier qui, selon les autorités, visait à perturber l’approvisionnement en eau d’au moins deux installations d’Israël, en pleine période de lutte contre le covid-19, selon les responsables des services de renseignement étrangers.

L’incident, qui s’est produit les 24 et 25 avril, a été rapidement détecté et déjoué avant qu’il ne puisse causer des dommages. Mais les responsables et les analystes israéliens craignent qu’il ne signale une nouvelle escalade des hostilités entre les deux pays et que l’Iran ne s’enhardisse dans ses efforts pour saboter des systèmes clés.

Les pirates informatiques ont cherché à paralyser les ordinateurs qui contrôlent l’écoulement de l’eau et le traitement des eaux usées pour une deux districts ruraux en Israël et les enquêteurs ont découvert que les pirates informatiques ont fait passer leur tentative d’attaque par des serveurs informatiques aux États-Unis et en Europe – une tactique courante utilisée par les adversaires de l’Occident.

Cet incident, relaté en premier par FoxNews n’a été commenté ni par les responsables de la Maison Blanche et de l’Agence de sécurité nationale, ni par le gouvernement israélien. Un fonctionnaire iranien a nié que son pays était impliqué dans l’attaque. « Le gouvernement iranien ne s’engage pas dans une cyberguerre », a déclaré Alireza Miryousefi, porte-parole de la Mission de l’Iran auprès des Nations Unies à New York.

L’attaque, coordonnée mais pas sophistiquée, a d’abord été détectée par des employés de l’Autorité israélienne des eaux, qui ont alerté l’agence de cybersécurité israélienne. Les responsables du gouvernement israélien ont déclaré que l’attaque a été rapidement détectée et vaincue, ne causant aucun dommage ou préjudice aux réserves d’eau. Les employés ont reçu l’instruction de changer les mots de passe du système opérationnel, ont déclaré les fonctionnaires.

Israël s’est également engagé dans le cyber-sabotage contre l’Iran. Les agences de renseignement américaines et israéliennes ont créé le ver informatique appelé Stuxnet, qui a paralysé 1 000 centrifugeuses fabriquées par l’Iran pour enrichir l’uranium. Aucun des deux pays n’a officiellement confirmé son rôle. Les responsables américains estiment que l’attaque, découverte en 2010, a fait reculer le programme nucléaire iranien de plusieurs mois.

A ce jour, l’Iran n’a pas réussi à mener une cyber-attaque sabotant des équipements industriels. Les pirates informatiques iraniens ont pénétré les contrôleurs d’un petit barrage à New York en 2013, mais n’ont pas fait de dégâts. Ils ont également obtenu l’accès aux systèmes électriques américains, mais n’ont pas causé de perturbations.

« Le fait est qu’ils deviennent plus agressifs et ils s’améliorent », a déclaré Robert M. Lee, un ancien opérateur de la NSA qui a cofondé Dragos, une société de cybersécurité spécialisée dans la défense des systèmes de contrôle industriel. Mais les contre-mesures sont bien présentes, même s’il faut être vigilant.

Source : MSM & Israël Valley

Partager :