Partager :

Pendant de nombreuses années, les polars scandinaves ont constitué la force dominante de la télévision en langue étrangère. Des succès tels que The Bridge et Borgen ont séduit le public du monde entier avec leurs paysages mélancoliques et leurs dialogues tendus.

Mais cette prééminence du petit écran a été remplacée par les séries d’Israël totalement éloigné de l’introversion et du rythme prudent de la télévision nordique. Israël est en quelque sorte l’anti-Scandinavie. Le climat y est chaud, le peuple franc, l’histoire sanglante et contestée.

En peu de temps, Israël est devenu une force internationale avec laquelle il faut compter. Et il l’a fait en évitant de s’enfermer dans un genre particulier et la diversité est le mot d’ordre. De l’action à la comédie en passant par le drame d’intérêt humain, tout est possible. Il y a des thrillers captivants comme False Flag, un film au ralenti sur les erreurs d’identité, et Fauda, un film de Netflix tourné en Cisjordanie, mais Israël propose également des romans d’évasion comme Beauté et le boulanger, qui a fait sensation sur Amazon Prime.

Israël peut aussi faire du drame familial. Le succès de Netflix, Shtisel, raconte l’histoire d’un père et d’un fils juifs orthodoxes à la recherche de l’amour dans le quartier traditionaliste de Geula à Jérusalem.

Être un outsider dans la radiodiffusion mondiale a joué en faveur d’Israël. Contrairement aux grands réseaux américains et britanniques, les producteurs israéliens travaillent avec des budgets relativement minuscules et sont extrêmement pragmatiques.

C’est la raison pour laquelle la télévision israélienne se sent si branchée sur la vie réelle. Il n’y a tout simplement pas d’argent pour mettre en scène un « Downton Abbey du Moyen-Orient ». La télévision doit être totalement actuelle. Il n’y a pas d’argent pour faire de la fantasy/sci-fi comme Westworld ou Game of Thrones ou une pièce qui se déroule dans un autre siècle. Tout doit être ici et maintenant.

Pour les téléspectateurs étrangers, la télévision israélienne sert de fenêtre sur un pays qui est en grande partie mystérieux. L’exemple le plus connu est celui de Fauda. Cette histoire d’une unité secrète de l’armée israélienne engagée dans un jeu brutal de chat et de souris avec des terroristes en Cisjordanie peut sembler un cliché mais, plutôt que de prendre parti ou de caricaturer les Israéliens et les Palestiniens, Fauda dresse un portrait nuancé d’hommes et de femmes enfermés dans un cycle de conflit perpétuel.

« C’était en fait quelque chose de très nouveau ici, en ce sens que ce n’était pas une histoire de chapeau blanc contre chapeau noir », déclare M. Sommer. « Le côté israélien a été représenté avec tous ses défauts, et les Palestiniens étaient des personnages et des êtres humains à part entière, même les terroristes. Et je pense que c’est cette tournure qui lui a donné son attrait au niveau international, et qui a montré les nuances du conflit ici ».

Un autre paradoxe propre à Israël existe. Les séries de la télévision israélienne semblent s’épanouir lorsqu’elles sont retravaillée par Hollywood. Cela a sans doute donné aux producteurs et aux auteurs la seule chose que tous les budgets du monde ne peuvent acheter : la confiance en soi.

Source : Pressreader & Israël Valley

 

Partager :