Partager :

La stratégie de confinement alternée proposé par l’Université Bar-Ilan (Israël) pour soulager l’économie consiste à diviser la population en deux groupes qui alternent le confinement et l’activité classique à un rythme hebdomadaire. Depuis sa publication, cette stratégie a rencontré un immense succès. Le Dr Baruch Barzel et son équipe ont été approchés par le Conseil de sécurité nationale d’Israël et l’ont présentée au gouvernement. Ils ont également été contactés par les États-Unis et par 17 gouvernements à travers le monde. Le Dr Barzel pense qu’il y a de fortes chances que la proposition de son équipe soit mise en œuvre, probablement avec des mesures d’atténuation complémentaires.

La plupart des projections indiquent que la distanciation sociale, les restrictions de mobilité et le confinement complet peuvent s’étaler sur plusieurs semaines, voire sur plusieurs mois, un résultat potentiellement dévastateur pour la stabilité sociale et économique. L’un des défis est que les malades ne peuvent pas être isolés de manière sélective car de nombreux porteurs restent pré-symptomatiques pendant une période allant de plusieurs jours à deux semaines, des porteurs invisibles qui continuent d’être socialement actifs. Sans le confinement de l’ensemble de la population, l’isolement des porteurs ne peut être réalisé efficacement.

Pour contourner ce défi, les chercheurs de l’Université Bar-Ilan, dirigés par le Dr Baruch Barzel du Département de mathématiques, ont conçu une stratégie basée sur l’alternance des confinements : d’abord diviser la population en deux groupes, puis alterner ces groupes entre confinement et activité classique à un rythme hebdomadaire. Associée à l’isolement des porteurs symptomatiques et à l’adoption de gestes barrières quotidiens, cette stratégie peut aider à vaincre le virus, tout en maintenant une activité socio-économique à 50%.

La société civile serait donc divisée en deux groupes ayant peu d’interactions : une moitié active une semaine et l’autre active la semaine suivante. Cela ralentirait la propagation, mais son principal avantage est que cela permettrait d’isoler les porteurs invisibles, ceux qui sont pré-symptomatiques en période d’incubation. « Considérez les individus qui infectés pendant la semaine active. Ils sont maintenant en période pré-symptomatique, l’étape la plus dangereuse, où ils sont des porteurs invisibles. Dans le cadre d’un confinement alterné, ils entreraient maintenant en phase de confinement », explique le Dr Barzel.

«En restant à la maison pendant une semaine, ils commenceront très probablement à présenter des symptômes et resteront donc isolés jusqu’à la guérison complète. Après une semaine de confinement, s’ils ne présentent aucun symptôme, ils ne sont probablement pas infectés et peuvent participer à des activités sociales et professionnelles au cours de leur semaine active. Par conséquent, l’alternance du confinement avec l’isolement complet des porteurs symptomatiques garantit qu’à tout moment, la majorité des porteurs invisibles sont inactifs, car leur période d’incubation passe forcément par une phase de confinement.«

À l’heure actuelle, la plupart des gens sont extrêmement prudents et s’abstiennent de tout contact avec une personne présentant des symptômes. « Nous pensons que les porteurs invisibles sont les principaux contributeurs au nombre de cas de propagation. Notre stratégie est orientée vers ce défi : placer chaque personne en confinement hebdomadaire après avoir été potentiellement exposée pendant sa semaine active. Par conséquent, nous isolons efficacement non seulement les malades, mais aussi la majorité des porteurs pré-symptomatiques », explique Baruch Barzel.

Baruch Barzel et son équipe ont simulé la propagation de COVID-19 à l’aide du modèle SEIR, en supposant que seuls les épandeurs invisibles contribuent à l’infection. Ce modèle suit le nombre d’individus lors de leur transition entre les différents stades de la maladie : sensibles (ceux qui sont disponibles pour contracter la maladie), exposés (ceux qui sont à leur stade pré-symptomatique), infectés (ceux qui développent des symptômes) et protégés (ceux qui sont déjà immunisés).

Ils ont constaté que leur stratégie réduit considérablement l’écart et aide à aplatir la courbe. «Nous pouvons faire plus si nous adoptons également un comportement responsable. Nous nous attendons à ce que même pendant leur semaine active, les gens continuent d’interagir avec prudence : éviter les contacts physiques, augmenter l’espace personnel et pratiquer un comportement de protection. Ces mesures supplémentaires, lorsqu’elles sont associées à notre stratégie de confinement alterné peut aider à inhiber la propagation, nous permettant de surmonter le COVID-19 avec des conséquences économiques raisonnables« , dit-il.

Il est toujours difficile de maintenir des mesures restrictives telles que les fermetures, car un certain pourcentage de la population peut ne pas coopérer, en particulier dans les sociétés démocratiques et individualistes. Les chercheurs ont donc intégré dans leur simulation une fraction de réfractaires qui restent actifs même pendant leur phase de confinement. Cela peut également concerner des personnes dispensées qui occupent des postes essentiels et ne peuvent pas être placées en confinement. Ils ont constaté que même moins de 30% des non-coopérants parviendraient à surmonter la propagation virale.

La succession hebdomadaire proposée vise à soutenir une économie fonctionnelle en ces temps difficiles. Les chercheurs estiment que fournir un débouché aux personnes pour poursuivre leur activité sociale et professionnelle, au moins à 50% de leur capacité, encouragera, en soi, la coopération, car il relâche une partie du stress individuel subi pendant le confinement.

Publication dans arXiv.org avril 2020

Partager :