Partager :

A. Les professeurs Nir Friedman et Naomi Habib de l’Université hébraïque de Jérusalem ont mis au point un test de dépistage au Covid-19 « quatre à dix fois plus rapide » que les tests actuels, a annoncé lundi l’établissement universitaire dans un communiqué. « Le protocole que nous avons élaboré est quatre à dix fois plus rapide que le protocole actuel », explique Naomi Habib. « Il est basé sur un système de billes magnétiques, et fonctionne à la fois de manière automatisée, mais aussi de manière manuelle. » « Ce nouveau protocole a déjà été testé à l’hôpital Hadassah, et est maintenant entièrement opérationnel », affirme la professeure. Les tests actuels de dépistage au coronavirus consistent à extraire des molécules d’ARN dans un échantillon prélevé chez un patient, et voir si elles contiennent de l’ARN viral correspondant au Covid-19.  Le communiqué ajoute que ce nouveau procédé apporte « un autre avantage : son prix peu élevé. » « Le test repose sur des matériaux qui sont facilement disponibles et faciles à fabriquer localement, ce qui le rend nettement moins cher que les kits importés », ajoute-t-il. « Notre test réduit considérablement la dépendance des laboratoires aux facteurs externes. À ce jour, nous avons testé des centaines d’échantillons cliniques de l’hôpital Hadassah, et nos résultats étaient identiques à ceux trouvés par les kits actuellement utilisés », souligne de son côté le professeur Friedman.

B. Elbit Systems, qui produit habituellement des logiciels et des dispositifs pour les services de sécurité, a annoncé qu’elle allait fabriquer des milliers d’appareils de ventilation à la demande du gouvernement, a rapporté Ynet. « Ces machines permettront aux hôpitaux de prodiguer les soins nécessaires aux patients souffrant de pathologies respiratoires », a déclaré la société. Elbit Systems devrait produire environ 300 appareils par semaine à partir du 15 avril, à la fin des fêtes de Pessah.  L’entreprise a affirmé avoir converti deux sites en chaînes de montage et qu’elle pourrait « fournir un grand nombre d’appareils en peu de temps ».

Des milliers de respirateurs ont été commandés depuis le début de la pandémie pour aider à atténuer la pression sur les hôpitaux causée par la crise du coronavirus.Pour les patients présentant de graves symptômes de l’infection, un respirateur offre de meilleures chances de survie. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), environ 80% des personnes atteintes de Covid-19 – la maladie causée par le coronavirus – guérissent sans avoir besoin de soins hospitaliers. Mais une personne sur six tombe gravement malade et peut développer des difficultés respiratoires. Dans ces cas graves, le virus endommage les poumons.

Partager :