Partager :

De nombreuses images circulent ces derniers jours de mariages ou de funérailles organisés en Israel dépassant largement le nombre de personnes autorisées par les règles de confinement. Il s’avère que la ville orthodoxe où je vis, Bnei Brak, est la ville la plus touchée par le virus au cours des derniers jours. Beaucoup pensent que le leadership juif orthodoxe et ses Rabbanim n’appellent pas à respecter les règles, d’où les problèmes actuels. J’ai donc voulu via ce post préciser ce qu’il se passe réellement.

Déjà, pour bien comprendre le sujet, il faut savoir que le monde orthodoxe n’est pas un seul bloc.  Celui-ci est divisé en de très nombreuses factions. Même si celles-ci sont pour la quasi totalité unie, il existe quelques factions qui ne respectent absolument pas les règles émises par les leaders religieux et suivent quelques soi disant leaders isolés. Ce sont ceux qui manifestent par exemple sur le sujet du service militaire alors que les Grands de la Génération ont interdit formellement de manifester à ce sujet.   (Notez que les manifestations contre la profanation du Shabbat sont toutefois parfois conseillées en fonction des circonstances)

Ce sont les mêmes qui ont participé par centaines aux funérailles samedi soir 28 mars… en ne respectant pas les règles. Il faut savoir que dès le premier jour  de la mise en place des premières décisions par Binyamin Netanyahu et notamment le fait de mettre en quarantaine les personnes arrivant de l’étranger pendant 15 jours, les Rabbanim répondaient unanimement que si l’on connaissait une ou plusieurs personnes qui ne respectaient pas ces règles, qu’il fallait les dénoncer à la police immédiatement. J’ai, à titre personnel, menacé plusieurs de mes amis de cela suite à cette décision.

De la même manière quand les prières ont été limités à 10 personnes, ces mêmes Rabbanim répondaient qu’il était interdit d’organiser de plus grands offices et que les 2 mètres de distance entre personnes devaient être respectés.  Pour simplifier, il faut selon les leaders religieux, écouter à 100% les règles du Ministère de la Santé.

Lors du premier appel de fermeture des écoles, les écoles orthodoxes pour filles ont fermées mais celles pour garçons ont continué quelques jours en espaçant les élèves de 2m et en interdisant plus de 10 personnes par classe. Tout cela était permis par la loi car ces écoles ne font pas partie du circuit éducatif israélien classique.

Celles ci ont, sous les ordres de Rav Haim Kaniewski, leader du monde orthodoxe, voulu continuer l’étude de la Torah qui, selon notre tradition, est d’une importance cruciale mais évidemment sans prendre le moindre risque.

http://www.berrebi.org/2020/03/29/en-direct-disrael-position-de-la-communaute-juive-orthodoxe/

Partager :