Partager :

Le point de vue du Pr Christian Perronne, chef du service d’infectiologie à l’hôpital universitaire de Garches

Que pensez-vous de la pénurie des masques en France… et de son inimaginable persistance ?
J’ai présidé pendant 15 ans la Commission des maladies transmissibles des instances officielles de conseil, dont le Haut Conseil de la Santé Publique. Nos groupes de travail ont recommandé des mesures concernant la production de masques notamment lors des épidémies dues au SARS. Cette pénurie est absolument navrante et incompréhensible. A Hong-Kong, une des villes les plus denses du monde, où le port des masques en épidémie est traditionnel pour ne pas dire culturel, on a compté, à la date du 17 mars, un total que quatre décès dus à Covid-19 ! Là-bas, contrairement à la France où la pénurie a contraint le Ministère de la Santé précédent à ne le recommander que pour les sujets malades, le port des masques concerne aussi les gens sains ! On mesure là toute l’importance de cette protection et l’impréparation choquante des autorités françaises en ce domaine… (https://www.parismatch.com)

LE PLUS. Le masque de protection, aussi appelé anti-virus, à usage médical« chirurgical », anatomique, type « bec de canard »… est un dispositif médical destiné à filtrer les bactéries et à éviter de contracter un virus, comme celui de la grippe ou toute autre maladie virale. « Mais pour être efficace, le masque doit être conforme à la norme française et européenne « NF EN 14683« . Ces masques sont généralement portés au bloc opératoire pour éviter d’abord que les bactéries de la bouche du chirurgien ne soient projetées sur plaie chirurgicale du patient, mais peuvent aussi être portés par le grand public pour se protéger des micro-organismes dans un contexte d’épidémie, comme la grippe par exemple« , indique le Dr Pierre Parneix, médecin hygiéniste et praticien hospitalier en Santé publique au CHU de Bordeaux et responsable du Centre d’appui à la prévention des infections associées au soins (CPIAS) de Nouvelle Aquitaine. Ces masques sont livrés aux pharmacies d’officine à partir du stock d’Etat via les grossistes répartiteurs et sont délivrés gratuitement aux patients, sur prescription médicale.

Il existe plusieurs types de masque qui ont des niveaux de filtration variables. « Pour définir le niveau de filtration, on réalise un test avec un aérosol contenant des souches de staphylocoque doré« , explique le Dr Parneix. On distingue :

  • Les masques chirurgicaux de type I qui filtre 95% des bactéries et de type II qui filtre plus de 98% des bactéries. On distingue les masques de type 2 normaux et ceux de type R qui sont plus étanches et résistants aux projections. Dans le cas de l’épidémie de coronavirus, ce sont des masques chirurgicaux qui sont réservés aux malades ou aux personnes en contact avéré avec un malade.
  • Le masque de protection respiratoire (masque coque, canard, masque FFP2 ou FFP3) est un masque de sécurité avec un très haut niveau de filtration qui est utilisé en milieu de soins pour des agents infectieux comme celui de la tuberculose par exemple. Ce masque, qui pour être efficace doit avoir une forme adaptée au visage de la personne qui le porte, ne filtre plus uniquement des bactéries, mais également des aérosols. Il est réservé aux professionnels de la santé de toute la chaîne (transport sanitaire, pompiers, médecins libéraux, infirmiers…) et n’est pas à destination du grand public. « Cela n’a pas de sens d’en porter quand on est un citoyen, pour aller faire ses courses par exemple, souligne le Pr Salomon. Ce sont les gestes à risque qui contaminent du coronavirus : quand on intube un patient, quand on l’examine… »

LE PLUS. DANS LE JDD. Des médecins préconisent le port du masque pour tous, même en tissu « Portez un masque, même en tissu… en respectant les gestes barrières car si tout le monde en portait un, le virus se propagerait moins vite. » Tel est le message que deux médecins de Saône-et-Loire, un généraliste et un urgentiste, veulent faire passer à la population.

LE PLUS. La Slovénie a renforcé dimanche les restrictions de déplacement et a rendu obligatoire le port d’un masque de protection, pour freiner la propagation de la pandémie de coronavirus. A partir de minuit dans la nuit de dimanche à lundi, les Slovènes ne seront plus autorisés à quitter leur ville de résidence et ils devront porter des gants et des masques de protection quand ils se rendront dans les magasins d’alimentation et autres espaces encore ouverts au public. « Le plus dur du combat contre le coronavirus est devant nous« , a prévenu le Premier ministre Janez Jansa, lors d’une allocution télévisée. Obligation est dorénavant faite de désinfecter deux fois par jour les espaces communs des immeubles d’habitation, comme les halls et les escaliers.

Partager :