Partager :

La course aux traitements contre le nouveau coronavirus a remis sur le devant de la scène la chloroquine (Nivaquine), un antipaludéen commercialisé depuis soixante-dix ans. Les israéliens connaissent bien la chloroquine et tentent de l’administrer à des malades israéliens. Selon nos sources, la Nivaquine a été utilisée pour traiter un chauffeur israélien. Selon times of Israel : « Le cas le plus grave en Israël est celui d’un chauffeur de bus qui a conduit un groupe de touristes grecs qui se sont ensuite révélés être contaminés. Son état s’est détérioré au cours du week-end, et il est maintenant inconscient et relié à un respirateur au centre médical Baruch Padeh à Tibériade ».

Selon Le Monde : »En Chine, près d’une vingtaine d’essais cliniques sont en cours pour explorer l’efficacité de cette molécule ou d’un analogue, l’hydroxychloroquine (Plaquenil), chez des patients infectés par le SARS-CoV-2, selon le registre chinois des essais cliniques.

En France, une étude clinique vient d’être lancée par le professeur Didier Raoult, directeur de l’IHU Méditerranée Infection (Marseille). Evoqués lundi 16 mars dans une vidéo par ce dernier, les résultats préliminaires semblent spectaculaires : au bout de six jours de traitement par Plaquenil, 25 % seulement des patients seraient encore porteurs du virus, la proportion étant de 90 % chez ceux ne recevant pas le traitement.

La charge virale à J + 6 serait encore plus basse chez les malades traités en plus par un antibiotique, l’azithromycine. Le laboratoire français Sanofi s’est dit prêt, mardi 17 mars, à offrir aux autorités françaises des millions de doses, pouvant traiter potentiellement 300 000 malades.

Dans sa présentation, le professeur Raoult ne précise pas si ces résultats portent sur l’ensemble des vingt-quatre malades prévus dans le protocole, une publication scientifique est attendue.

Mais, pour ce spécialiste des maladies infectieuses, membre du conseil scientifique sur le nouveau coronavirus qui vient d’être mis en place par le ministre de la santé Olivier Véran, il y a suffisamment d’arguments pour utiliser dès maintenant ce traitement, très peu onéreux, chez des malades du Covid-19.

« En Chine, en Iran, en Corée du Sud, en Arabie saoudite, l’hydroxychloroquine et la chloroquine font déjà partie des protocoles thérapeutiques, conseillés par des experts, pour certains de renommée mondiale. Il y a urgence à organiser de telles recommandations en France, et c’est ce que j’ai proposé aux autorités sanitaires », indique-t-il. »

Le Monde (Copyrights)

Partager :