Partager :

Bonjour chers auditeurs de Radio J.

NESS ZIONA. L’Israel Institute for Biological Research de Ness Ziona est un institut de recherche de défense du gouvernement israélien spécialisé dans la biologie, la chimie médicinale et les sciences de l’environnement. Le travail de l’institut est un secret bien gardé.

Selon différents rapports internationaux, cités par le journal israélien Ha’aretz, des armes biologiques et chimiques sont développées à l’Institut pour la recherche biologique, situé à Ness-Ziona, à côté de Tel Aviv. L’Institut, avec le Centre nucléaire de Dimona, est « une des institutions les plus secrètes d’Israël » sous juridiction directe du premier ministre. Le plus grand secret entoure la recherche sur les armes biologiques. Officiellement l’Institut israélien effectue des recherches sur des vaccins contre des bactéries et virus.

MEDICAL. Robotemi est un robot spécial et très efficace qui est produit par une entreprise israélienne. Il est utilisé dans des centaines d’hôpitaux et de centres médicaux dans les pays d’Extrême-Orient. Robotemi, un robot fabriqué par une société israélienne qui aide à traiter les patients atteints du virus Corona dans des centaines d’hôpitaux et de centres médicaux en Asie et réduit le risque d’infection parmi le personnel médical.

La société de robotique israélienne Robotemi, a développé et produit des robots pour servir les personnes âgées et les infirmes, mais avec l’éruption de la crise du Coronavirus en Chine en a fait un appareil essentiel pour traiter les personnes en quarantaine sans exposer le personnel médical au risque d’infection.

L’appareil a la capacité de communiquer avec les humains grâce à des programmes d’intelligence artificielle

Le directeur général de l’entreprise Robotemi, Gal Goren, a déclaré que le robot nommé Temi avait les capacités de communiquer avec les humains grâce à des programmes d’intelligence artificielle et qu’il avait la capacité de se déplacer pendant huit heures avec l’énergie électrique des batteries à l’intérieur avant d’être rechargé. Ce robot communique également avec des bases de données externes via les réseaux Wi-Fi et bluetooth et dispose d’un système audio capable de communiquer avec la technologie d’assistance personnelle « KISA ». L’appareil dispose également d’un système de navigation et de détection qui lui permet de se déplacer dans et hors de la maison et d’éviter les obstacles.

Des centaines d’hôpitaux utilisent des robots israéliens Robotemi.

Avec le début de la propagation du virus Coronavirus en Extrême-Orient, la firme israélienne Robotemi a décidé d’apporter des modifications au système d’exploitation du robot pour répondre aux exigences de la nouvelle situation qui ont été dotés d’appareils supplémentaires tels qu’un thermomètre numérique et de caméras thermosensibles. À la suite de la décision des autorités chinoises d’obliger les utilisateurs à mesurer la température avant d’entrer sur le lieu de travail, le robot Temi a été placé à l’entrée de plusieurs usines pour mesurer à distance la température de leur corps et la température apparaît sur l’écran. Le robot peut également être utilisé aux entrées des magasins, des hôtels et autres lieux publics. Puisqu’il y a actuellement des centaines de milliers et même des millions de personnes dans le monde qui sont soumises à la quarantaine en raison du coronavirus, l’utilisation de robots est devenue vitale pour aider les équipes médicales à fournir des traitements aux patients et à répondre à leurs besoins.

Le directeur du développement de la société a déclaré qu’il y avait une forte demande pour le nouvel appareil. Et que de nombreux hôpitaux des pays d’Extrême-Orient l’utilisent, ajoutant que la Corée du Sud utilise ces robots israéliens dans les hôpitaux du pays. Robotemi a remporté plusieurs prix internationaux au cours de la dernière année grâce à ses réalisations dans le domaine de l’intelligence artificielle et de la production robotique. La firme fait partie de la  liste des 100 meilleures inventions pour 2019 par le magazine américain Time.

Robotemi a récu un nouveau cycle de financement de 15 millions de dollars dirigé par la société de capital-risque chinoise Joy Capital. L’entrepreneur chinois John Wu, un investisseur existant dans la société qui a précédemment été directeur technique d’Alibaba pendant une décennie, a également participé au tour de table . À ce jour, la société a levé 95 millions de dollars.

CHECK POINT. Le coronavirus a provoqué une panique généralisée dans de nombreuses régions du monde mais de nouvelles recherches de la firme « Check Point » en Israël révèlent que les hackers profitent de l’épidémie. Depuis janvier 2020, plus de 4000 domaines liés aux coronavirus ont été enregistrés dans le monde, selon » Check Point Threat Intelligence ».

Check Point Software Technologies Ltd NASDAQ : CHKP est un fournisseur mondial de services de Sécurité du système d’information. Check Point est un pionnier[réf. nécessaire] des pare-feu avec FireWall-1 et sa technologie brevetée « stateful inspection ». Aujourd’hui, la société développe, commercialise et supporte une large gamme de logiciels qui couvrent tous les aspects de la sécurité des technologies de l’information, y compris la sécurité réseaux, la sécurité des postes client, la sécurité des données et la gestion de la sécurité. Fondée en 1993 à Ramat Gan, en Israel, Check Point compte aujourd’hui environ 3 400 employés dans le monde.

Check Point a été créé en 1993, par Gil Shwed, l’actuel CEO, à l’âge de 25 ans, avec deux de ses amis, Marius Nacht (actuel vice-président) et Shlomo Kramer (qui a quitté Check Point et crée Imperva en 2003. Le financement initial de 600 000 $ a été fourni par le groupe BRM, un fonds de capital-risque).

La première percée commerciale est venue en 1994 lorsque Check Point a signé un accord OEM avec Sun Microsystems, suivie par un accord de distribution avec HP en 1995. La même année, un siège social aux États-Unis a été établi à Redwood City, en Californie.

En février 1996, la société a été nommée leader mondial du marché de pare-feu par IDC, avec une part de marché de 40 pour cent5. En juin 1996, Check Point a réuni 67 millions de dollars sur son offre initiale au NASDAQ.

En 1998, Check Point a établi un partenariat avec Nokia, ce qui a permis d’intégrer le logiciel de Check Point dans les ordinateurs du fabriquant. En 2000 la société est devenue le premier fournisseur mondial de solutions VPN (en termes de part de marché). Durant les années 2000, Check Point a commencé l’acquisition de sociétés de sécurité informatique aboutissant à l’acquisition de l’unité de sécurité réseau de Nokia en 2009, un peu plus de 10 ans après le premier partenariat avec cette entreprise.

 

 

Partager :