Partager :

TSAHAL. Aucun soldat de Tsahal ne pourra quitter Israël à partir de vendredi midi, afin d’empêcher la propagation du coronavirus , a annoncé jeudi le porte-parole de Tsahal, le brigadier-général Hidai Zilberman. La décision a été prise par le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Aviv Kochavi conformément aux directives du ministère de la Santé et suite à une évaluation de la situation avec l’état-major de l’armée. Zilerbman a déclaré que Kochavi avait décidé d’adopter une approche stricte pour réduire le nombre de soldats atteints du virus, afin de maintenir l’état de préparation opérationnelle de Tsahal, qui est essentiel à la sécurité de l’État d’Israël. En plus d’empêcher tout le personnel de Tsahal de voyager à l’étranger, tous les exercices militaires conjoints – en Israël et à l’étranger – ont été annulés. L’état-major a tenu une évaluation supplémentaire jeudi soir pour discuter de directives supplémentaires. L’armée a déclaré que le chef d’état-major adjoint, le major-général Eyal Zamir coordonnera les préparatifs de Tsahal pour empêcher la propagation du virus et examinera d’autres actions si nécessaire.

Selon Zilberman, entre 500 et 600 soldats sont actuellement en quarantaine. Toutes les décisions prises par Kochavi concernant la prévention de l’effet coronavirus ont été approuvées par le ministre de la Défense, Naftal Bennett. En raison de la propagation continue du virus, Bennett a tenu une réunion avec les responsables de la sécurité et de la santé concernant la possible transition vers le statut d’épidémie impliquant le transfert de la gestion des incidents à l’appareil de sécurité. La réunion a été suivie par le ministre de la Défense, le vice-ministre de la Défense, le directeur général du ministère de la Santé, le directeur général du ministère de la Défense, le chef d’état-major adjoint, le commandant du Front intérieur, des représentants du Bureau de la sécurité nationale, le MPS, l’Autorité des Points de passage (avec Gaza et la Judée-Samarie sous autorité palestinienne) et plus encore. Depuis le 5 mars, le ministère israélien de la Santé est en charge de la lutte contre le coronavirus. Mais dans le cadre d’une décision du gouvernement de janvier 2002, la responsabilité globale de faire face aux pandémies avec un taux de mortalité élevé incombe au ministre de la Défense, qui coordonne le dossier avec le cabinet. Le ministère de la Défense a insisté pour dire que si la discussion avait eu lieu jeudi matin, ce n’était qu’une discussion sur la préparation d’un scénario extrême. Jeudi également, le président Reuven Rivlin a visité le quartier général du commandement central de Tsahal à Jérusalem, escorté par le commandant général du Commandement central OC. Nadav Padan, le chef d’Etat-Major pour la Judée-Samarie, le Général de Brigade  Yaniv Alalouf et les membres du personnel du commandement central. “Selon les instructions des commandants de la lutte contre le coronavirus au ministère de la Santé, nous éviterons autant que possible de nous serrer la main”, a déclaré Rivlin. «Puisque nous sommes dans l’armée, nous pouvons saluer sans aucune difficulté. Le ministre de la Santé Ya’acov Litzman est le commandant en chef en ce qui concerne le Coronavirus. Il a décidé que nous ne nous serrions pas la main et nous suivions ses ordres. »

jpost.com

Adaptation : Marc Brzustowski

SANTE BIBI. Netanyahu et le ministère de la Santé traitent le Coronavirus comme une guerre. Le Trésor publique a commencé à critiquer les directives strictes du gouvernement qui, selon son analyse, va créer des contraintes budgétaires.

Alors que les décisions et les directives du ministère de la Santé sur le virus Corona sont devenues plus strictes, le Trésor a commencé à faire entendre d’autres voix. « Le ministère de la Santé ne peut à lui seul prendre des décisions d’une portée économique aussi grave ».

Samedi dernier, le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’est engagé à mettre les choses sur la table assez clairement :

« la considération sanitaire précède la considération économique, en partie parce que si nous choisissons le contraire et n’imposons aucune restriction sur le préjudice à l’économie, les dommages à l’économie à moyen terme seront sans doute bien plus lourd ».

« L’objectif est d’assurer une capacité de test industriel qui sépare les malades des sains, et nous continuerons à maintenir l’économie israélienne ».

http://www1.alliancefr.com

 

Partager :